Cathos Unis Contre l’Hétérosexualité. Un mouvement apoliticien et confessionnel assumé.

La bêtise des pro-Vie et des Veilleurs sur les questions sociétales

 
Votre bêtise hallucinante, à vous les pro-Vie et les Veilleurs… Vous n’avez toujours pas compris le « mariage gay », qui repose intentionnellement non sur la filiation ou la parenté mais sur la croyance en « l’identité/l’amour homos ». Sans compter que, de surcroît, tout enfant a un père et une mère. De fait, et par nature. Ce n’est ni un droit ni un intérêt. Et le problème de la législation de l’adoption par les « couples » homos, des PMA et des GPA, n’est pas prioritairement l’absence ni la connaissance ni l’éducation des/par les deux parents biologiques : que les parents biologiques soient encore vivants ou non, connus ou non, ce qui nous importe, à nous catholiques, c’est qu’ils s’aiment. Ce n’est pas « l’intérêt de l’enfant » ni la présence des deux parents biologiques qui prévaut. Revoyez vos priorités, réfléchissez, faites quelque chose !

Attention à l’actuel réveil des mouvements « anti-hétérosexualité »

 
J’observe actuellement un retour en force de l’offensive contre l’hétérosexualité, et un durcissement grandissant du camp des anti-hétérosexualité, dans lequel les CUCH (Catholiques Contre l’Hétérosexualité) ne se reconnaissent absolument pas. Le paradoxe pervers de ce mouvement hétérophobe, c’est que toute confusion entre « hétérosexualité » et « différence des sexes » est hétérosexuelle et EST par définition l’hétérosexualité, y compris quand elle est opérée par des gens qui se présentent comme de farouches opposants ou éradicateurs de l’hétérosexualité. Ce n’est pas en soi l’opposition à l’hétérosexualité qui est bonne (« l’anti » fonctionne comme un miroir). L’hétérosexualité promeut une conception conflictuelle, productiviste et manichéenne de la relation homme-femme. Le seul antidote contre l’hétérosexualité, c’est de distinguer la différence des sexes du mot « hétérosexualité », voire de les opposer, sans pour autant sacraliser ou idolâtrer la première (La différence des sexes n’a jamais été un gage d’Amour en elle-même) ; ou bien – ce qui revient au même – de défendre l’union d’Amour entre l’homme et la femme (chose que ne fait pas le commun des pourfendeurs actuels de l’hétérosexualité).
 
N.B. : Je vous renvoie à ces deux articles récents de Mediapart (article 1 ; article 2). Ils sont bien réels et ne sont pas des blagues. Le courant anti-hétérosexualité est très fort depuis le FHAR (Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire) et les années 1960, années correspondant à la naissance des premiers mouvements LGBT et s’appuyant sur la destruction de « l’hétérosexisme » et de « l’hétéro-patriarcat ». Il revient sous la forme du boboïsme actuel, anti-lobby LGBT, et revendiquant que « hétéro, homo, bi, trans, queer, tout ça se sont des étiquettes marchandes réductrices à combattre ». Il faut bien comprendre que l’hétérosexualité, comme le Royaume de Satan, est contre elle-même, […]

Los odiosos que tratan de « odioso »

 
Es la nueva caza de brujas. A cualquier persona disidente, que tiene la valentía de oponerse a la manada del bienpensamiento victimizante, ahora se denomina su coraje « odio ». Es la retórica del « odio ». Quien no está de acuerdo con nosotros es necesariamente « odioso ». ¿ Pero en qué mundo vivimos ? Además, son los odiosos quienes tratan de « odioso ».

 
C’est la nouvelle chasse aux sorcières. À toute personne dissidente, qui a le courage de s’opposer au troupeau de la bien-pensance victimiaire, désormais on nomme son courage « haine ». C’est la rhétorique de la « haine ». Celui qui n’est pas d’accord avec nous est forcément « haineux ». Mais où va-t-on ? En fait, ce sont les haineux qui traitent de « haineux ».

« Blanc et Hétéro » d’Arnaud Demanche : un spectacle tout sauf hétéro, donc à aller voir d’urgence

 
Contre toute attente, je sors de voir un one-man-show très profond, « Blanc et hétéro » d’Arnaud Demanche. À l’Apollo, à Paris. De toutes les pièces parisiennes que j’ai vues (et j’en ai vues, depuis 2006 !), c’est bien la première fois que j’entends quelqu’un qui questionne le concept d’hétérosexualité, intelligemment, en dehors de toute défense identitaire ou partisane pro-homosexualité, et en tout amour des personnes qu’il imite ou égratigne (même si ce n’est pas le sujet central de la pièce). À ce jour, c’est le seul spectacle qui commence timidement à croquer l’hétérosexualité, en réussissant le tour de force de ne pas sombrer dans le relativisme iconoclaste bobo ou la bien-pensance « gay friendly ».

 
Le comédien a même abordé à son insu des thématiques que je traite dans mon prochain livre sur Joséphine ange gardien (par exemple l’Incamania ; et il a même mentionner Joséphine ange gardien !) qui rendent son show précurseur et pour le coup trop en avance sur son temps pour encore faire rire à gorge déployée son public… mais ce n’est pas plus mal : c’est pour cela que c’est un stand-up excellent. Il propose ; et il donne à réfléchir. C’est vraiment un spectacle politique au sens noble parce que sans prétention politicarde. Demanche met en lumière l’hypocrisie et la fausse aide des idéologues qui se nomment « hétéros », qui défendent l’hétérosexualité pour appuyer l’homosexualité, ou qui la flinguent en la confondant avec la différence des sexes. Très fort.
 
Depuis le temps que je vous dis – à vous personnes non homos souhaitant vous engager pour une juste cause et sur un sujet porteur encore inexploité – qu’une certaine dénonciation (proposante !) de l’hétérosexualité est une bombe, je pèse mes mots ! […]

Tu es une planète

Le samedi 1er juin 2019, dans The Voice, Jenifer à Gjon’s Tears : « Tu es une planète à toi tout seul. » Exactement l’un des messages subliminaux de mon décryptage (message « Tu es une planète ») :
 

 
Quant à la chanson de Clément – « La Quête » -, c’est une marotte maçonnique. Les francs-maçons n’arrêtent pas de parler de LA QUÊTE. Et une quête luciférienne, stellaire. Et comme par hasard, il était habillé d’or…
 

 
#Planète #FrancMaçonnerie

Le marasme de l’Église Catholique en France

 
Le marasme de l’Église Catholique en France, illustré en une image : l’étalage de devanture de la librairie « catholique » de La Procure (Saint Sulpice, Paris : en direct).
 

 
L’Église est envahie par les scribes et les sophistes bobos.
 
#FinDesTemps #Boboscathos

Bel exemple hier soir d’intromission de la Bête apocalyptique par image fractale lors de la Battle de Scam Talk & Mayeul dans The Voice

 
Je continue mon « symbolisme paranoïaque » (dixit Xavier Guillaume : les pauvres cathos… ils sont complètement à la masse en ce moment…). Pour ceux qui ont regardé l’émission The Voice hier soir, il y avait sur les fonds d’écran des images en art fractal algorithmique – typique du symbolisme holistique et hindouiste New Age – diffusées derrière le trio triangulaire improvisé Mayeul et Scam Talk. On y voit à la fois une sorte de génie polymorphe vaporeux, parfois en forme de Bouddha « W », et qui, comme la Bête décrite par l’Apocalypse, est coupée en deux, cornue, et fonctionne en symétrie axiale. Certains me diront « Mais non… C’est de l’art seventies kaléïdoscopique et psychédélique ! Tu vois le mal et le diable partout ! » Et c’est bien logique : c’est de notoriété publique, je suis paranoïaque, non ?
 

 

 

 
#TheVoice #LaBête #Fractal #ScamTalk #ArtFractal #HomoBoboApo #CUCH

L’hétérosexualité, c’est l’autre sexualité

 
L’hétérosexualité, étymologiquement, c’est l’autre sexualité… c’est-à-dire « autre que la différence des sexes ». L’hétérosexualité est la nouvelle « sexualité » choisie par les êtres humains qui ne veulent plus être humains (homme ou femme), qui veulent décider de leur sexuation (en fonction de leurs fantasmes et de leurs plaisirs génitaux du moment), qui haïssent la sexuation, et qui finalement souhaitent suivre Lucifer et ses anges prônant une « sexualité à la carte », une autre sexualité (comme s’il y en avait « une autre »…).
 
En voulant travestir la différence ses sexes, autant faire rentrer la pantoufle de vair dans le pied de Javotte.
 

Petru Bracci, le modeste maraîcher corse de The Voice, ne renie pas sa Foi

 
Hier, en voyant la belle croix de Jésus au cou du Corse Petru Bracci (modeste maraîcher) à The Voice dans l’équipe de Jenifer, la phrase du Christ « Quiconque me reniera devant les hommes, je le renierai aussi devant mon Père qui est dans les Cieux. » (Mt 10, 33) résonnait en moi. Bravo Petru pour ton courage d’annoncer Jésus : Il ne te reniera pas.
 

Avis à la population

 
Vous likez les « posts » irrévérencieux et anti-Pape-François (et pro-cardinal-Sarah et Gilets Jaunes, par-dessus le marché) publiés par le pédo-psychiatre Vincent Rouyer = Non seulement je vous retire de mes contacts mais en plus je vous bloque.