Archives de l’auteur : Philippe Ariño

La protection, c’est bien souvent l’autre nom de la peur excluante

 

C’est intéressant, le sous-texte de l’alibi de la « protection ». Les chantres de la protection (et Dieu sait si on en voit maintenant, avec cette crise du Coronavirus ! Nous sommes censés « nous protéger les uns les autres ») ne veulent pas nécessairement notre bien. Au contraire, ils ont parfois peur de nous et nous voient comme un danger. Ils ne nous font pas confiance. Vouloir d’un Monde qui nous surprotège, et où la protection est la valeur maîtresse, c’est instaurer en réalité le règne de la peur et de la défiance. C’est nous transformer tous en danger que nous ne sommes pas.
 

 

J’y pense en tombant sur cette interview de Sophie Vouzelaud, sourde et muette, qui avait reçu en 2007 80% des votes du public pour être élue « Miss France », mais à qui le Comité Miss France a volé la victoire, soi-disant « pour la protéger ». En réalité, Sophie, sans pour autant se placer en victime, décrit la magouille de la « protection » (« Me protéger. Mais me protéger de quoi? Je crois qu’ils ont eu peur de moi. »).
 


 

La protection est bien souvent l’autre nom masqué de la peur et du rejet de personnes qui veut se faire passer pour de la bienveillance.

Le parti pris du Pape François pour la vaccination

Je suis un peu circonspect face aux arguments du Pape François sur la vaccination (« Il faut la faire parce que c’est éthique ») et sur la prise du Capitole (« Ce n’est pas très ‘Bien Commun’. »). Et je précise que je m’efforce à ne pas être un ayatollah anti-vaccin et que j’ai peu de sympathie pour Trump et ses beaufs de suiveurs. Mais ça ne m’empêche pas de trouver les dernières prises de position papales légères et infondées. Ceci dit, elles restent une consultation personnelle et non une injonction ni une parole dogmatique collective. Et ça n’enlève en rien l’attachement que j’ai pour le Pape (La preuve que l’Église Catholique n’est pas une secte, mais bien une famille, c’est qu’on a le droit de ne pas être d’accord entre nous, ou sur tout, sans pour autant cesser de nous respecter et de nous écouter). Mais effectivement, j’ai un gros doute sur la clairvoyance du Pape sur certains thèmes importants (homosexualité, vaccination, etc.). Et ce qui m’inquiète, c’est que le vaccin est déjà facteur et révélateur de divisions dont nous ne sommes pas prêts de sortir.
 

Honte à l’Argentine

Ceux qui applaudissent éhontément à l’avortement en Argentine, au nom des supposés « droits de la femme », ne sont pas dignes d’être mes amis. Le meurtre d’innocents n’est une « victoire historique » pour personne, et encore moins pour les femmes. Honte aux assassins et à ceux qui les ovationnent. Honte à l’Argentine.

La simulation fraternelle de bêtise

Entre mon grand frère Miguel et moi, l’essentiel de la joie de se retrouver et de l’humour que nous partageons réside vraiment dans la simulation ironique de la bêtise (ou niaiserie). Spectacle affligeant aux yeux de ceux qui n’y verront aucune simulation. Et véritable crise de rire ou source de joie pour ceux qui rentreront dans notre jeu de sales gosses terriblement intenables autant qu’attachants (on dit « attachiants »). Amis du second degré, bonne nuit !
 
#JAdoreMonFrère

Toutes les Miss France sont SOCIABLES !

Alors apparemment, c’est le nouveau mot d’ordre des Miss France cette année : elles sont toutes « SOCIABLES » 🤣 Il faut être SOCIABLE !
 




 

Alors bien sûr : il y a d’autres adjectifs qu’elles répètent en boucle et qui appartiennent à la Bête de l’Apocalypse, comme par exemple « Curieuse », « Déterminée », « Naturelle », etc. Mais la grande nouveauté cette année, c’est que les prétendantes au titre de Miss France, comme la Bête, sont en mode guerrières (beaucoup portent des chaussures « Ranjos » ou des Doc Martens), et en plus tirent la langue (3 d’entre elles). La « classe »…

Même l’Hétéro indien…


 

Quand je vous dis que l’hétérosexualité (autrement dit le culte de l’Autre, de l’altérité, de l’altruisme, de la différence) c’est le diable (déguisé en différence des sexes, en solidarité, en solution, en Divinité), c’est pas des conneries. La preuve : en Inde, le groupe pharmaceutique qui porte la vaccination anti-COVID19 dans le pays et au-delà de ses frontières, et qui est l’un des principaux fabricants mondials de médicaments génériques, s’appelle… « Hetero ».

Les élections nord-américaines


 

Situation terrible (de guerre civile, avouons-le, pour ne pas dire de « guerre mondiale ») aux États-Unis, entre une Franc-Maçonnerie de la franchise justicière (celle de Trump, ce grand malade, au coeur dur, intransigeant et orgueilleux) et une Franc-Maçonnerie du libertarisme (celle de Biden, ce pantin sans charisme, défendant des idéologies tout aussi hors-sol et dangereuses).
 

Et que dire de la déconnection de la réalité chez nos journalistes gauchistes dans les médias mainstream, diabolisant Trump et présentant tout opposant à Biden ou tout électeur de Trump comme un gros « beauf » ou un horrible « complotiste/conspirationiste d’extrême droite » ? Je voyais hier l’émission de France 2 consacrée aux élections nord-américaines, et cette ignorance/ce mépris sincère des journalistes, complètement déconnectés de la réalité, dépendants de la bien-pensance gauchiste, présentant Trump comme l’homme-à-abattre… alors que Biden est tout autant un dictateur que lui, mais dans sa version molle. Tout ça est vraiment effrayant pour notre Monde.

Hommage de Macron à Samuel Paty : une nouvelle fois il nie l’Humanité de certains Humains


 

Nous avons à la tête de l’État français un homme au discours profondément dangereux, misanthrope et malade. Je viens d’écouter par hasard l’hommage national rendu à Samuel Paty, le prof décapité, à la Sorbonne.
 

C’est la quatrième fois que j’entends explicitement Emmanuel Macron nier l’Humanité et l’existence d’Humains, dire que telle ou telle personne n’est « rien », et appeler contre celle-ci à la mort ou à l’anéantissement (la première fois, c’était contre les personnes qui n’adhéraient pas aux start-ups ; la deuxième fois c’était contre les preneurs d’otage du Sahel, dont Macron a dit qu’ils « n’étaient rien » ; la troisième fois, c’était par rapport à certains prisonniers qu’il a qualifiés de « monstres » ). Et là, concernant le meurtre de Samuel Paty, rebelote : il a réaffirmé « notre volonté de briser les terroristes ». Briser les terroristes… Et quelques secondes après, il appelle à « la fin de la haine et de la violence » : ok… très logique.
 

Et je ne vous parle même pas de toutes les métaphores typiques de la Franc-Maçonnerie qu’il a employées : par exemple, sa référence à la Chaîne d’Union (« dans une Chaîne des Temps qui ne s’arrêtera pas »), le remplacement de l’Amour-Vérité par le driptyque gnostique Liberté-Raison (« Ce combat pour la Liberté et pour la Raison »), et la dernière phrase luciférienne de son discours (« Parce qu’en France, les lumières ne s’éteignent jamais. Vive la République. Vive la France. »).
 

On est en plein cauchemar. Et le pire, c’est que Macron est sincère dans sa théâtralité. Cet homme a un gros problème. Et c’est lui qui nous dirige.

La grande confusion actuelle entre Humains, anges et bêtes, via le mot fourre-tout « monstre » (Merci Caroline Fourest !)


 

La vague d’indignation du Monde (surnaturel et angélique plus qu’humain et naturel) pour les actes humains odieux qu’il engendre (attentats, actes pédophiles, génocides, etc.) pousse certains humains hystériques et paranoïaques (genre Caroline Fourest) à voir des « monstres » partout, quitte à monstruosifier ceux qui ne le seront – de par leur humanité-divinité – jamais (Y compris en enfer, les âmes damnées gardent leur humanité, même si les anges démoniaques prenant l’apparence bestiale les bouffent et font croire que ce sont des humains hybrides !). Car en effet, je rappelle que les monstres sont des créatures fictionnelles qui n’existent pas (contrairement aux entités démoniaques qui, elles, existent, et peuvent parfois endosser l’image et l’apparence de la Bête), et d’autre part que tous les Hommes – ayant été choisis comme réceptacles principaux et uniques de Dieu par l’Incarnation de Jésus – sont supérieurs, dans l’ordre de la Grâce, ET aux animaux (Dieu n’a pas choisi de s’incarner dans un animal) ET aux anges (c’est d’ailleurs pour cette raison que Lucifer, l’ange préféré de Dieu, avec sa cohorte d’anges suiveurs révoltés, a piqué sa crise de jalousie et a chuté : il n’a pas supporté que Dieu choisisse, pour s’incarner, ces « pauvres Hommes limités » plutôt que ces « magnifiques anges » ! Mais j’ai remarqué, notamment dans les sphères New Age, qui méprisent l’Incarnation, le corps et l’Église Catholique, qu’ils préfèrent les anges – y compris les archanges défendus par l’Église Catholiques tels que Gabriel, Michel, Raphaël – aux êtres humains et à Jésus ! Ils font des anges des super-héros, alors qu’en réalité, les êtres humains nous sommes supérieurs aux anges.)
 

 

Nul homme n’est un monstre. Et tout Homme qui, par panique, monstruosifie un pair rentre déjà dans une entreprise monstrueuse (monstrare en latin signifie « montrer », et l’acte d’accusation de « monstre » est donc monstrueuse à double titre). On peut d’ailleurs se demander, qui de l’humain jeté en pâture à la vindicte populaire, et qui de ceux qui le désignent hystériquement comme « monstre », adopte l’attitude la plus monstrueuse. Car la déshumanisation de l’Homme est, à certains égards, bien plus génératrice de crimes odieux que les Humains ne le pensent. J’avais fait le test, un jour en cours, de demander qui de mes élèves pensait qu’Hitler était « un monstre » : tous ont levé le doigt unanimement. Or, je crois que cette croyance que l’Humain – même le plus méchant dans ses actes – puisse être un monstre et perdre son humanité, est tout aussi monstrueuse que les crimes des pédophiles/assassins. Le diable a gagné quand il fait croire à l’Humain qu’il est semblable à lui, qu’il est monstrueux. Et je pense que si on n’avait pas fait croire à Hitler, Dutroux, Lelandais, et autre terroriste décapitant les profs, qu’ils étaient des « monstres », jamais ils n’auraient commis des actes humains qu’on appelle à tort « monstrueux ». À ce compte-là, à mon avis, la monstruosification/dépersonnification sociale des êtres humains est tout aussi monstrueuse et coupable que les actes « monstrueux » qu’elle assigne à l’identité de ceux qui les ont commis.
 

Un texto inattendu…


 

À l’instant, je reçois le texto d’une amie trentenaire à l’autre bout de la France : « Une perle pour toi : j’étais en confession et je faisais part au prêtre du fait que je savais pas quoi/comment agir en chrétien fasse a des lois telles que l’IVG a 14 semaines. Bon il m’a pas donné de réponse alors que je voulais qu’il me dise : ‘Hurle dans la rue ou fait pénitence ma fille !’ mais il a dit : ‘L’origine de ces lois c’est l’homosexualité’… En plus, je pense que cette phrase était inspirée parce que je suis pas sûre qu’il ait vraiment réalisé ce qu’il était en train de me dire… Bref, un clin d’œil de Là-Haut qui ne fait que confirmer ce que tu dis ! Bises. »