J’apprends aujourd’hui que Jair Bolsonaro, le président du Brésil, demande à son Ministère de l’Éducation d’ « interdire l’idéologie du Gender » dans les écoles du pays. Cet abruti orgueilleux (comment l’appeler autrement ? C’est l’archétype du dirigeant catho bobo anar d’extrême droite) pense d’une part qu’on peut stopper des flux invisibles d’idées sur simplement décret ou décision politique (alors que l’idéologie du Gender est largement véhiculée aux jeunes par la musique, les films et Internet : l’école n’a plus la main), et d’autre part n’a pas compris que le Gender était l’hétérosexualité (autrement dit la confusion entre différence des sexes – sexuation – et hétérosexualité – orientation sexuelle ou pratique génitale ou sentiments bisexuels). Avec Bolsonaro, on se retrouve devant l’idéologue qui se croit sincèrement anti-idéologies. Fascinant de contradiction. Par son durcissement, non seulement il n’enrayera pas le Gender mais il le consolidera.