PHRASES DU JOUR : Flammes CUCH

 

ampoule petite

Phrase du jour

L’hétérosexualité : le lit douillet de l’homosexualité. Combien de temps on va se laisser faire ?

Philippe-Ariño

“Si nous sommes capables intellectuellement de comprendre que le lit sur lequel se repose confortablement l’homosexualité c’est systématiquement l’hétérosexualité, peut-être qu’un jour nous allons arrêter de montrer l’hétérosexualité comme une réalité et une évidence, non ? Ce serait peut-être bien qu’on se réveille un peu, et qu’on voie l’influence néfaste de ce terme, vous croyez pas ?”

Philippe Ariño

 
Mère gay friendly DICO ON LINE
 
 
 

Chemin des grands hommes

Laurent-Tarel

“Je ne peux pas croire que notre société est en bonne santé lorsque son seul but est la jouissance (dans tous les sens du terme). On y refuse alors tout effort, tout sacrifice, tout amour… sinon de soi. Et alors ? Alors ceci : plus de véritables grands hommes capables de se donner tout entier à une cause juste et vraie. Il reste bien un bastion, pourtant, en lequel nous trouvons des hommes et des femmes capables de donner toute leur vie pour l’autre; et ce bastion c’est l’Eglise ! À condition toutefois qu’on en devienne un vrai disciple, vivant dans l’obéissance et dans la vérité… L’avenir de notre société est à ce prix… contre toute tentation de relativisme et de compromission. À la suite du Christ, comme le Christ et avec le Christ ! Et Lui, le Seigneur et le Maître nous a montré ce chemin des grands hommes !!!”

Frère Laurent Tarel

 
 
 

Ils veulent d’un monde sans différences

Philippe-Ariño

“Ce qui coince dans les discussions avec mes amis encore pro-mariage-pour-tous, c’est qu’ils intègrent sans réfléchir que pour aimer vraiment on peut se passer de la différence (et notamment de la différence des sexes), alors que l’amour est précisément défini par l’accueil de la différence (et surtout de la différence des sexes qui, quand elle est vraiment reçue, est la meilleure base pour s’aimer et se compléter le plus simplement possible). Eux qui prônent le respect des différences à tout va, ils sont incapables d’honorer les différences les plus fondatrices de l’Amour et de l’Humanité, ou de voir qu’ils soutiennent un modèle ou un droit social (« le mariage asexué », « l’Amour sentimental et désincarné », « l’Égalité ») qui les nient ! Ils sont prêts, dans une même phrase, à soutenir que les différences sont magnifiques et qu’elles n’existent pas ou qu’elles sont accessoires. C’est effrayant, cette contradiction, cette discrimination qui se fait au nom de la lutte contre la discrimination.”

Philippe Ariño

 
 
 

Une différence comme les autres ?

Vincent-Rouyer

“La société bisexuelle que cherche à promouvoir nos gouvernants voudrait faire passer la différence des sexes pour aussi banale que la différence des couleurs de cheveux ou le fait d’être gaucher ou droitier. C’est confondre une différence fondamentale avec la diversité. C’est ne pas avoir compris qu’ il y a entre l’homme et la femme une complémentarité physique affective, psychologique et spirituelle et que la nature humaine elle même est marquée par cette dualité dont chacun est issu.”

Vincent Rouyer

 
 
 

Un peu plus d’amour de l’Amour !

Philippe-Ariño

“On entend souvent, concernant l’Amour en général, et les amours minoritaires en particulier (= les couples homosexuels), nos contemporains concevoir l’Amour comme un droit (législatif) à réclamer et une réalité à taire, à moraliser en termes de permis ou de défendu (« Ils ont le DROIT de s’aimer ! »). Or, avant d’avoir le droit d’aimer, j’ai le DEVOIR d’aimer. L’Amour est un don reçu et un service rendu, l’exercice d’une volonté ; non un dû, un simple ressenti, un contrat, un objet de consommation et une création individuelle. Un peu plus d’humilité et de respect de l’Amour, zut !”

Philippe Ariño

 
 
 

Enfant-roi

William-König

“ Nous vivons à l’époque de l’enfant-roi ; mais il faut préciser que l’enfant-roi, c’est l’adulte.”

William König

 
 
 
 
 

Osons dire quand nous souffrons et nous faisons souffrir !

Philippe-Ariño

“ Au fond, les ruptures relationnelles – au sein d’une même famille, d’un groupe d’amis, au travail, entre deux nations – s’originent toutes sur le sentiment de ne pas être aimé, sur l’impression (justifiée ou non) d’être méprisé. Et tant qu’on ne crache pas la douleur de ce ressenti d’abandon, que notre orgueil ne lui met pas de mots, elles ne se règlent pas et au contraire l’abcès grossit. Alors osons dire que nous souffrons quand c’est le cas. Osons dire quand nous sentons que nous avons fait mal ou qu’on nous a fait souffrir. Car c’est de la super colle pour réunir les morceaux !”

Philippe Ariño

 
 

Sans guerre ouverte contre l’hétérosexualité, nous ne nous en sortirons jamais

Philippe-Ariño

“Nous devons carrément partir en guerre contre l’hétérosexualité, demander son abolition. C’est notre seul moyen de lutter contre l’homophobie et de faire barrage à toutes les lois pro-homos – et plus largement toutes les lois inhumaines, sentimentalistes et désincarnées (Gender, PMA, GPA, euthanasie, statut de l’embryon, etc.) – qui passent en ce moment au nom de l’égalité « hétéros-homos » ou au nom de « l’Amour ». L’hétérosexualité est le centre névralgique de toutes les violences sociales, là d’où s’origine le cancer : c’est bien parce que les hommes et les femmes ne s’aiment plus que l’être humain s’auto-détruit. Il nous faut donc – et c’est un travail de longue haleine, j’en conviens – s’attaquer à la racine du problème, l’hétérosexualité, et non à ses ramifications. Par exemple, à propos de la loi du « mariage pour tous », nous n’avons pas encore pris le taureau par les cornes car nous refusons toujours de déclarer ouvertement notre opposition à l’hétérosexualité. Les anti-mariage-gay préfèrent s’installer dans une étiquette qu’on leur a distribuée dernièrement – « les hétéros » -, par confort, paresse, ignorance et lâcheté, plutôt que de se rebeller. Pire encore : ils se mettent même à demander la constitutionnalisation du mariage femme-homme ou du CUC (Contrat d’Union Civile) « pour les homos » (comme Frigide Barjot). Leurs propositions ne sont que des coups d’épée dans l’eau et ne constituent pas de vraies solutions à long terme. Ce sont même des mesures qui nous enfoncent encore plus dans le mensonge et l’homophobie. Certains trouvent notre bataille – à nous, CUCH – contre l’hétérosexualité, risible, trop longue, trop fastidieuse, trop incompréhensible intellectuellement pour notre époque maintenant qu’à l’échelle mondiale, dans la tête de nos contemporains, le mot « hétéro » signifie/signifierait tous les couples femme-homme de la Terre. Mais ce n’est pas notre faute si, depuis un siècle et demi, la réflexion sur la sexualité a somnolé, voire stagné. Et il nous faudra un jour assumer une bonne fois pour toute notre retard ! : d’ailleurs, si nous nous sommes levés contre la loi Taubira, ce n’est certainement pas qu’à cause de l’homosexualité, mais bien contre tout le cortège de lois hétérosexuelles – facilitant l’avortement, les divorces, les infidélités, les manipulations sur embryon, les méthodes contraceptives, contractualisant le mariage, transformant l’être humain en objet de consommation – qui l’a précédée ! Il nous faut également cesser de prendre les gens pour des cons, cesser de croire qu’ils ne vont jamais comprendre ce que nous leur disons (si nous ne les informons pas, c’est sûr qu’ils ne risquent pas de sortir de l’ignorance !) et essayer de leur faire un peu confiance : ce n’est quand même pas la mer à boire de remplacer le terme « hétérosexualité » par « couple femme-homme aimant » ! Même si on ne comprend pas tout de suite la profondeur, la justesse et la cohérence de la démarche.”

Philippe Ariño

 
 

CUC ou CUCH ?

Vincent-Rouyer

“Je le dis sincèrement et avec respect mais ceux et celles qui pensent nous préserver d’un changement de civilisation en demandant à la fois la constitutionnalisation du mariage homme-femme et l’union civile pour les couples de même sexe n’ont pas encore compris que notre civilisation se fonde sur la différence homme-femme et pas sur la différence des orientations sexuelles. Ils pensent la sauver. En réalité ils ne feront que prolonger son agonie.”

Vincent Rouyer

 
 
 

Je ne suis pas hétérosexuel !

Vincent-Bletry


“ « Je suis hétérosexuel. » Je ne peux dire ces mots. Je peux dire : j’aime ma femme, je crois en elle, j’ai confiance en son indéfectible amour. Mais « je suis hétérosexuel » cela sonne, à mes oreilles, comme « mon joujou préféré c’est ma femme » ou « j’ai une tendance à aimer les femmes et la mienne est un modèle qui rend pas mal de services, un bel objet en somme ». Ah, à quel point l’expression « je suis hétérosexuel » met de côté l’autre, la personne qui se donne à moi, que j’accueille et à qui je me donne en retour. Non, l’amour que je lui porte m’empêche de dire « je suis hétérosexuel ». Non, je ne suis pas hétérosexuel, j’aime profondément ma femme, c’est tout.”

Vincent Blétry

 
 
 

Une société sans préjugés meurt !

Jean-Baptiste-Hibon

“Une société sans préjugés meurt ! Le préjugé comme son nom l’indique vient avant le jugement. La société nous dit à longueur de journée qu’il faut lutter contre les préjugés, ne plus en avoir. Cette stratégie est dangereuse car enlève toute capacité personnelle à discerner, à décider, à juger. Un préjugé est une hypothèse personnelle, intérieure, qui demande à être vérifiée à l’aune de la raison et de l’objectivité. Supprimer le préjugé revient à supprimer le garde fou et tomber dans le jugement compulsif. Nous avons tous le droit, d’avoir des préjugés mais nous avons tous le devoir de les dépasser !”

Jean-Baptiste Hibon

 
 

 

Instinct maternel « nazi »

William-König

“Voir la fille d’un couple d’amis, âgée de seulement deux ans et demi, réclamer de prendre dans ses bras le nourrisson de quelques mois d’un autre couple, et le garder, visiblement ravie, et se dire que non, décidément non, l’instinct maternel, ça n’existe pas. Que tout cela n’est qu’une immonde construction sociale. Que si les femmes veulent avoir des enfants, c’est parce que la société leur impose ce rôle qui n’est qu’un carcan. Évidemment. Même qu’il doit y avoir du fascisme là-dessous. Voire du nazisme.”

William König

 
 
 

Qu’ils assument leur haine

Philippe-Ariño

“Selon nos opposants, nous serions « rongés » par la haine de nous-mêmes. Mais qu’ils n’inversent pas les rôles et reconnaissent plutôt leur haine à notre égard.”

Philippe Ariño

 
 
 
 

Les féministes se trompent : il n’y a pas de domination masculine

William-König

“Les féministes se trompent : il n’y a pas de domination masculine ; il n’y a qu’une domination hétérosexuelle, dont la plupart des hommes et des femmes sont hélas inconsciemment les complices et les victimes.”

William König

 
 
 

L’hétérosexualité équivaut au viol de la différence des sexes

Philippe-Ariño

“Le terme « hétérosexuel » est redondant, car l’altérité des sexes est déjà comprise dans le mot « sexuel » (« sexualité » vient du latin « secare » qui signifie « séparer », « couper »). L’hétérosexualité est effectivement une altérité des sexes forcée, grossie, poussée, violée, niée dans sa fragilité, dans le manque qu’elle induit, et donc dans son essence même.”

Philippe Ariño

 
 
 

Des homos et des hétéros au Paradis ?

Vincent-Rouyer

“Nul ne peut savoir s’il y aura des homosexuels ou des hétérosexuels dans le Royaume des Cieux. L’Écriture ne nous en dit pas plus sur le sujet que le magistère de l’Église. La seule certitude que nous ayons en ce jour de l’Assomption, c’est qu’il s’y trouve au moins un homme et une femme.”

Vincent Rouyer

 
 

Supermarché hétérosexuel

François-Xavier-de-Boissoudy

“Finalement, ces termes d’homosexualité et d’hétérosexualité définissent précisément la vocation que l’époque donne à l’homme et à la femme : l’assignation à consommer, plutôt du même, ou plutôt du différent. L’essentiel bien sûr, étant de consommer. Supermarché Humain.”

François-Xavier de Boissoudy

 
 
 

Notre superbe drame, c’est que la différence des sexes est par essence un trésor fragile d’Amour : archi-dur à argumenter et pourtant magnifique à défendre et à vivre

Philippe-Ariño

“Le grand problème de notre lutte contre la loi Taubira et contre le mariage homo, c’est que nous sommes impuissants par la force des choses. En effet, nous le remarquons très vite lors des discussions avec les pro-mariage-pour-tous: nous nous retrouvons dans la position instable de devoir rappeler à nos contemporains l’importance de la différence des sexes qui est par nature un trésor fragile parce qu’elle est dans tous les cas le meilleur socle d’Amour universel que l’Humanité connaisse, même si elle n’a pas nécessairement besoin d’être procréative pour être aimante et authentique. Si la différence des sexes pouvait s’imposer comme une nature évidente et indiscutable, si elle marchait à tous les coups, elle ne serait plus aimante ni exceptionnelle ni libre ni incarnée. Elle ne serait plus elle-même. Nous avons donc, dans notre combat pour la défendre, à assumer la fragilité d’amour qu’elle est et qu’elle doit rester. C’est à la fois frustrant car nous sommes peu souvent crus par ceux qui ne croient plus en l’Amour (Amour qui ne devient réel et durable que grâce à la différence des sexes), et bon signe car si nous sommes démunis, ça peut nous illustrer que nous défendons bien un socle d’Amour véritable.”

Philippe Ariño

 
 
 

La conversion du bon larron que nous sommes tous

William-König

“Être chrétien, c’est être libre. Splendidement libre parce qu’ami de celui qui est la Liberté et la Splendeur même. L’hétérosexualité comme l’homosexualité nous enchaînent et nous enlaidissent, car ils nous réduisent à des désirs qui ne sont que des accidents de notre personne. Pour vivre dans la liberté et la splendeur, Dieu nous demande de nous convertir ; il ne nous demande pas de changer radicalement du jour au lendemain ! Il nous propose de porter notre croix et de le suivre… Une croix, c’est lourd, c’est encombrant… Il est bien malaisé de gagner une course de vitesse avec un pareil bout de bois sur le dos ! Mais, en la portant, il est possible d’arriver au bout d’un parcours d’endurance dont nous connaissons l’itinéraire, puisque c’est le Christ qui nous ouvre la voie, puisque c’est lui-même qui est la voie. À tout ceux qui ont peur de se convertir, à tous ceux qui peinent à se libérer de la prison que constituent les pratiques homosexuelles et hétérosexuelles (pornographie, onanisme, érotisme égoïste, etc.), n’ayez aucune crainte ! Avancez modestement, et soyez certains que chaque jour est un jour gagné de liberté et de splendeur pour le bon larron qui se confie dans le Seigneur. ”

William König

 
 

Camoufler sa haine de la différence des sexes en haine de l’hétérosexualité : ça passe mieux socialement

Philippe-Ariño

“Le grand ennemi des pro-mariage-pour-tous, c’est la différence des sexes. Et pour donner à leur haine un visage objectif, scientifique, naturel, discret, ils surnomment la différence des sexes « hétérosexualité ». Comme ça, personne ne les trouve violents et notre Planète n’y voit que du feu.”

Philippe Ariño

 
 

Tournant important

Vincent-Bletry

“On veut aujourd’hui fonder le mariage sur l’hétérosexualité ou l’homosexualité. Autrement dit, on sacrifie sur l’autel de la tendance, la pierre angulaire d’une société fondée sur l’altérité sexuelle. On oublie ainsi, d’un vote à l’Assemblée Nationale, ce que notre société avait mis tant de temps à construire. Je ne prends pas ici l’argument du passé qui serait toujours plus beau mais celui de dire qu’en quelques mois on a remis en question la cellule la plus élémentaire à toute nation. À vrai dire, non, on a achevé le travail commencé depuis quelques temps. À commencer par l’invention du terme « hétérosexualité » érigé en norme. Dans ce contexte, pas étonnant que le mariage perde son seul et unique sens : celui d’aimer l’autre et d’accueillir (la vie).”

Vincent Blétry

 
 
 

Déminer l’hétérosexualité : OUI ; tous les couples femme-homme : NON !

Philippe-Ariño

“Il y a urgence à expliquer que la Loi Taubira, dans ses fondements, repose tacitement sur la justification sociale de l’hétérosexualité (il y a un an pile, Mme Taubira disait au journal La Croix, le 10 septembre : « Mêmes conditions d’adoption pour homosexuels et hétérosexuels »). Il nous faut vraiment déminer l’hétérosexualité très vite pour sortir de cette justification par défaut de l’homosexualité. Mais pas dans le sens où Judith Butler ou Monique Wittig l’attaquent : pour elles, il s’agit de « déterrer les présupposés les plus tenaces concernant le caractère naturel ou évident de l’hétérosexualité » (ce qui est juste), mais d’amalgamer ensuite l’hétérosexualité avec tous les couples femme-homme (et là, ça n’est plus juste, car elles jettent bébé avec l’eau du bain) ; c’est ce qui rend leur juste intuition hétérophobe complètement caduque.”

Philippe Ariño

 
 

Défendre la différence des sexes seule, par principe, ne suffit pas. Sans l’amour, elle n’est rien.

Philippe-Ariño

“Ceux qui n’envisagent le bonheur humain qu’à travers la différence des sexes (+ procréation) sans y inclure l’amour ni le célibat consacré à Dieu, ont tout des hétérosexuels.”

Philippe Ariño

 
 
 

Vers une guerre civile ?

Philippe-Ariño

“Un gouvernement comme celui de monsieur Hollande, qui traîne depuis des mois son Peuple en procès d’« homophobie » s’Il ne se soumet pas aux lois qu’Il « propose », est au fond un gouvernement qui installe une guerre civile car Il traite les gens de personnes qui se haïssent elles-mêmes (Homophobie, c’est la phobie et la haine du même). Ce n’est pas autre chose que de l’incitation au suicide social et à la guerre.”

Philippe Ariño

 
 

Se servir du Pape

Vincent-Rouyer

“Certains ont l’air de découvrir l’eau chaude devant les propos du pape François concernant l’accueil des personnes homosexuelles. De là à en déduire que le pape approuverait les unions civiles pour les couples de même sexe… Où sont-ils allés chercher que le couple homosexuel (comme le couple hétérosexuel d’ailleurs) serait considéré comme un bien et un modèle que l’Église devrait promouvoir ?”

Vincent Rouyer

 
 

Au cœur et à l’esprit par le corps et par-delà le strictement corporel

Cédric-Burgun

“Chez l’homme et chez la femme, partons d’un constat : tout ce qui est physique est aussi spirituel, au sens de l’esprit avec toutes ses composantes. Or, notre société s’enferme de plus en plus dans un hédonisme primaire à partir de Nietzche qui pensait que « je suis corps tout entier et rien au-delà ». Or, il nous paraît évident que l’homme n’est justement pas réduit à sa corporéité, mais que dans chacun de nos affects, notre intelligence et notre volonté ont leur mot à dire. Et en fait, moins la vie de l’homme sera spirituelle, moins elle sera véritablement physique, humaine, dans tous les sens du terme. Réduire l’homme ou à la femme à une hétérosexualité, comme à une homosexualité d’ailleurs, c’est le définir uniquement à partir de ses organes génitaux et de sa recherche d’un autre organe génital, hétéro ou homo. Vous avouerez qu’une telle définition de notre humanité paraît quelque peu limitée ! L’enjeu pour l’humanité d’aujourd’hui est de se réconcilier avec elle-même : être conviée à sa propre dimension spirituelle, c’est se rappeler que l’homme ou la femme ne sont pas qu’un corps attiré par un autre corps. Dans l’amour de l’homme pour la femme, quelque chose de plus grand se joue, au-delà du simple attrait corporel. L’homme et la femme seront toujours en quête de spiritualité et de sens ; et c’est ce sens qui leur permet d’être plus humain, plus unifiés dans leur vie, dans toutes les composantes de leur existence humaine. Alors que l’humanité est entré un monde de frénésie hédoniste (vers quel corps est-ce que je me tourne ?), nous avons plus que besoin de retrouver le sens des choses, en réorientant nos désirs – de manière positive (il ne s’agit pas de renoncer purement et simplement à tout désir ou plaisir) – vers d’autres réalités spirituelles. Bref, vers d’autres réalités humaines, complètes, totales. Cette réorientation vers une quête de sens entrainera l’homme et la femme sur un chemin de plus grande liberté alors que ce monde tend à l’enchaîner dans des pulsions jamais assouvies totalement.”

Père Cédric Burgun

 
 

Ne pas changer mais seulement se convertir

Philippe-Ariño

“Dieu ne nous demande absolument de changer. Il nous demande juste de nous convertir, c’est-à-dire de Le laisser faire avec ce que nous sommes. Bien souvent, nous faisons l’erreur de penser que pour Le suivre, il faut absolument que nous devenions quelqu’un d’autre, quelqu’un de parfait ; nous rêvons de grands changements, et c’est pour cela que nous nous décourageons vite de croire, nous sommes fatigués d’avance d’avoir la foi et de poser des actes justes, nous nous cassons la figure. Contentons-nous de rester nous-mêmes, aimons-nous un peu plus, et servons-Le avec ce que nous sommes, même nos casseroles et nos défauts. Et Lui fera merveille en nous.”

Philippe Ariño

 
 

Le mariage homo achève de donner aux personnes homos une réputation catastrophique quasi irrécupérable

Philippe-Ariño

“Côté homo, l’opinion publique n’était déjà pas très positive avant le « mariage pour tous »… mais là, avec l’adoption de ce dernier, on a atteint un stade de quasi non-retour qui a de quoi nous inquiéter sérieusement concernant les actes homophobes à venir. En effet, ce « mariage pour tous », qui « satisfait » une extrême minorité de personnes homosexuelles, montre aux yeux du monde que l’immense majorité des membres de ma famille d’orientation sexuelle est faible, influençable, opportuniste, égoïste, centrée sur ses petits désirs individualistes en dépit du bon sens et du bien commun, sans personnalité puisque la plupart des individus homos, depuis seulement quelques mois, ont été capables de feindre qu’ils voulaient absolument quelque chose (= une abstraite « Égalité ». Même pas le mariage ou les droits qu’Elle donne concrètement) qu’au fond ils ne veulent pas vraiment et qu’ils finiront par jeter (Dans les pays du Nord de l’Europe, par exemple, le taux de divorce dans les couples de même sexe est de 2 à 2,5 fois plus important que dans les couples de sexes différents). Ils ont été capables de minauder, de se prostituer, de jouer copain-copain voire les « fucking friends », avec nos dirigeants politiques, juste parce qu’ils ont été assez naïfs et assez arrivistes pour croire ceux qui leur disaient que ce serait « génial » qu’on leur donne une « Égalité » factice (qui nie leur réalité et leur singularité, en plus !), et que ce serait « odieux » qu’on ne la leur donne pas. Franchement triste. Et inquiétant à propos du retour de bâton homophobe sur nous, personnes homosexuelles. Un retour de bâton qui promet d’être corsé, que je ne souhaite évidemment pas mais que je devine, car il est logique : l’égoïsme accusateur, rapiat, et indifférent à la Vie et au Réel, ne peut que susciter une forte agressivité sociale. Aux Pays-bas notamment, où le mariage homo existe depuis 2001, le nombre d’agressions contre les personnes homosexuelles a triplé voire quadruplé. La loi Taubira est, pour cette raison, extrêmement grave, pas seulement pour les enfants et la famille, mais déjà parce qu’elle fait le lit d’une homophobie rampante particulièrement difficile à corriger. Même la possibilité de divorce n’est pas une correction efficace, car le droit au divorce n’équivaut pas à une abrogation de la loi dénaturant le mariage. Le « mariage pour tous » peut nous faire craindre le pire pour nous, personnes homosexuelles, car il nous appelle concrètement à poser des actes, si on y réfléchit bien, odieux. En effet, il nous met dans des positions ridicules et gravissimes de menteurs sincères (nos unions ne seront jamais des mariages puisque le mariage est défini et encadré par la différence des sexes), de voleurs (d’enfants, par la GPA), d’infanticides (par la PMA et le marché d’embryons), de parricides (par la PMA + GPA : on supprime les origines biologiques des enfants que nous concevons ou adoptons), de proxénètes (on peut acheter du sperme, des ventres de femmes, contracter des mariages « blancs », etc.), de meurtriers (puisque la loi Taubira banalise la différence des sexes, qui est la base de notre Humanité: sans la différence des sexes, personne n’existerait). Au nom de la lutte contre l’homophobie, nos dirigeants socialistes ont contribué sans s’en rendre compte à installer les bases d’une homophobie mondiale qui s’annonce terriblement violente. Ces bases seront difficiles à retirer maintenant qu’elles sont inscrites sur le marbre, et aussi parce que la communauté homosexuelle mettra un temps fou à se rendre compte qu’elle a été instrumentalisée dans cette affaire, mettra un temps fou à reconnaître qu’elle a agi par orgueil blessé et mal placé. Le coup le plus fort qui permettrait d’enrayer le mécanisme, ce serait que la majorité des personnes homosexuelles demande elle-même officiellement le retrait de cette loi mortifère. Mais elle ne le fera pas. Car en actes et en désir, la communauté homosexuelle pratique et souhaite inconsciemment l’homophobie.”

Philippe Ariño

 
 

On dit STOP !

Vctor-Rességuier

“Ma génération est celle des victimes du divorce de masse, des rescapés de l’avortement, des otages d’une société de consommation qui depuis longtemps a fait du mariage et de l’enfant des objets de désir, des pantins du Loft Story sous toutes ses formes, de cette dictature autothéiste de l’émotion et de la pulsion immédiate. Aujourd’hui on dit stop, on n’en peut plus. On ne veut pas du monde que nos aînés aigris nous laissent, on veut célébrer la vie et rebâtir ce qui a été détruit.”
Victor Rességuier

 
 

Les CUCH = des dangereux pro-Gender masqués ?…

Philippe-Ariño

“Aujourd’hui, en voyant le site CUCH sans même prendre le temps de le lire, une mère de famille anti-mariage-pour-tous, qui a été dressée pour aboyer sans réfléchir sur le mot « Gender » et sur tout ce qui s’y apparente de loin (dans le noir, les lumières éteintes), a commencé à montrer les crocs et m’a dit qu’elle me suspectait d’être un dangereux « partisan du Gender »… J’ai eu beau lui dire que je m’opposais fermement au Gender, que j’étais un fervent défenseur du couple femme-homme dans l’amour, et que c’était pour cela que l’hétérosexualité me débectait, elle n’a rien voulu entendre. Très amusant que certains « bons cathos » (terrorisés par l’homosexualité, en réalité, mais aussi par la différence des sexes), parce que nous les CUCH nous nous attaquons à raison à leur hétérosexualité chérie, regardent notre site de traviole et pensent que nous serions des « promoteurs du Gender qui s’ignorent ». Car dans leur tête ; hétérosexualité = différence des sexes… Ils ne veulent pas en démordre ! Comme par hasard, ces mêmes personnes ont une expérience très sèche et dénuée d’amour de la relation femme-homme, et sont particulièrement irrespectueux des personnes homosexuelles. Peuvent-ils au moins réfléchir deux secondes et sortir de leur schéma binaire homos/hétéros ? Entendent-ils phonétiquement « différence des sexes » quand est prononcé le mot « hétérosexualité » ? En toute honnêteté, est-ce que le mot « hétérosexualité » synthétise l’expression « altérité aimante et incarnée dans la différence des sexes » ? Si oui, je veux bien leur offrir un rendez-vous chez l’otorhino (… même si je n’ai pas de sous !) ou avec le curé de leur paroisse (ça coûte moins cher). Dans le mot « hétérosexualité », il n’y a plus de différence des sexes ni de désir entre eux. Et je le répète : ce n’est pas le même mot ! ni la même réalité ! ”

Philippe Ariño

 
 

Je suis femme, épouse et mère : pas hétérosexuelle !

Guillemette-Biget

“Se reconnaître hétérosexuel c’est admettre que notre vie est dictée par la pratique sexuelle et seulement par elle. Alors non merci, sans façon… Résolument, je ne suis pas hétérosexuelle : je suis femme, épouse et mère !!”

Guillemette Biget

 

 

La relation homosexuelle est-elle de l’Amour ?

Vincent-Rouyer

“La question est effectivement importante. Il peut exister entre deux personnes de même sexe une relation d’amitié qui est loin d’être négligeable. Cette relation peut être belle et forte et procède de l’amour de Charité autant que de Philia. Ce qui est trompeur dans le désir homosexuel – qui évacue la différence de sexes – c’est l’illusion de parvenir à une complémentarité équivalente à celle que peut prodiguer la différence homme-femme (et ce, quelles que soient par ailleurs les différences entre chaque membre du couple homosexuel). Cette différence/complémentarité est ontologique, elle a de plus dans une perspective chrétienne une dimension d’éternité dans la mesure où elle est le reflet de la relation entre les personnes de la trinité (différentes bien que de même nature divine). En cela, le désir homosexuel apparait comme un leurre mais il en va de même du désir hétérosexuel qui s’attache à une image superficielle du couple femme-homme sans mesurer la profondeur de la différence.”

Vincent Rouyer

 
 

L’Amour de l’homme et de la femme : Incarnation humaine de la Trinité

Marie-Victoire-Barthélémy

“Homme et femme Il les créa. C’est parce qu’ils ont été créés l’un pour l’autre que l’union de l’homme et de la femme est la clé de voute de la Création. C’est aussi la clé indispensable pour comprendre l’amour unissant le Père, le Fils et l’Esprit Saint.”

Marie-Victoire Barthélémy

 

 

 

Le non-sens du binôme homosexuel/hétérosexuel qui fait barrage au sexuel

Vincent-Bletry

“Pour moi, il est impossible d’écrire « désir sexuel homosexuel » ou « désir sexuel hétérosexuel ». Un désir est soit homosexuel soit sexuel si l’on garde le sens propre des 2 mots. Quant à hétérosexuel, ce qu’il contient est clairement une autre conception de la sexualité que celle qui habite la nature profonde de l’homme. J’en reviens au cadre de l’invention de ce mot qui qualifiait une tendance libertine bisexuelle. Le sens n’a pas changé ! On essaie d’y ôter le terme bisexuel, c’est tout. La raison pour laquelle il a envahi notre époque est double : 1- il est à l’image de ce qu’est la sexualité aujourd’hui (le plaisir pour le plaisir = libertinage) 2- il a été instrumentalisé pour banaliser le désir homosexuel. Pour dire le désir homosexuel et le désir hétérosexuel ont la même valeur. Et, dans la conception contemporaine de la sexualité, c’est profondément vrai. L’hétérosexualité et l’homosexualité vécues en actes ne sont que la recherche du plaisir pour le plaisir. C’est pourquoi je dis que la sexualité est totalement différente de l’hétérosexualité, elle est au service du couple (homme-femme uniquement, par définition) pour faire grandir son amour tandis que l’hétérosexualité en actes est une fin en soi.”

Vincent Blétry

 
 

Nous ne nous laissons pas faire !

Philippe-Ariño

“Le débat sur le « mariage pour tous », c’est vraiment maintenant ! Car contrairement à ce que disent les pro-mariage-pour-tous qui jouent l’exaspération en faisant croire à l’opinion publique que le débat a déjà eu lieu, qu’il est définitivement clos depuis la promulgation de la loi, et qu’il aurait donné lieu à beaucoup trop de « dérapages » (lesquels, Monseigneur ?), nous devons plus que jamais rappeler que le débat n’a jamais eu lieu parce que nos détracteurs ont passé leur temps à nous dénigrer, à nous accuser d’« homophobes » et de « fascistes » pour nous empêcher de parler, sans chercher le moins du monde à comprendre un seul de nos arguments contre la loi Taubira. Nos gouvernants ont tout mis en œuvre pour étouffer discrètement les échanges et imposer à la masse indifférente leur point de vue. Est-il besoin de rappeler que lors des auditions organisées par Monsieur Erwann Binet (le rapporteur officiel du « mariage pour tous ») à l’Assemblée Nationale, les anti-loi Taubira ont eu deux fois moins de temps de parole – 212 minutes – que les pro – 399 minutes ? Le débat et l’expression d’une opposition à une loi aussi grave que la loi Taubira sont des droits ! Nous ne nous laisserons pas faire !”

Philippe Ariño

 
 

Les opposants à la Loi Taubira « exagèrent » ?

Vincent-Rouyer

“Il ne faudrait pas inverser les rôles. Qui a divisé la nation en faisant fi de manifestations populaires d’une ampleur inégalée depuis mai 68 ? Qui a mené des auditions parlementaires d’une partialité inouïe et a eu une attitude des plus méprisante envers les représentants des grandes religions ? Qui a rejeté une pétition déposée au CESE permettant le temps d’un débat national que l’on aurait voulu apaisé ? Qui a imposé un débat parlementaire tronqué ? Qui a fait voter cette loi à main levée au Sénat ? La question du bras de fer et de la division c’est avant qu’il fallait se la poser. Les occasions et les mains tendues n’ont pas manqué. Maintenant, la division est consommée et il y a des chances pour qu’elle dure longtemps. Le fait qu’une loi ait été votée légitimement n’en fait pas pour autant une bonne loi. On ne peut être chrétien et rester indifférent face au mal. La paix du Christ, ce n’est pas n’importe quelle paix et certainement pas une paix dans la compromission avec le mal (relisez Mat 10, 34-36). Le respect de la conscience individuelle c’est aussi un droit fondamental.”

Vincent Rouyer

 
 

Mieux vaut…

Philippe-Ariño

“Mieux vaut se CUCHer pas trop tard.”

Philippe Ariño

 

 

 

 

Michèle Meunier a tout compris et rien compris de l’hétérosexualité

Vincent-Rouyer

“Lu récemment la déclaration fracassante de la sénatrice Michèle Meunier (qui vient d’être nommée par grâce présidentielle au Comité Consultatif National d’Éthique) : « La famille hétéroparentale relève du fantasme. » La pauvre, je suis certain qu’elle avait l’intention de choquer. Elle ne se rend même pas compte qu’elle enfonce une porte ouverte. Vu que l’hétérosexualité est une sexualité qui se dégage des contraintes bourgeoises et conventionnelles de la procréation, la famille hétéroparentale relève effectivement du fantasme.”

Vincent Rouyer

 
 

Un désir peut être…

Vincent-Bletry

“Un désir peut être hétérosexuel. L’Amour, jamais.”

Vincent Blétry

 

 

 

 

Le discours-type du beauf hétérosexuel par rapport au mariage homo

Philippe-Ariño

Le discours-type du beauf hétérosexuel par rapport au mariage homo : « Les z’homos, y font c’qui veulent, tant qui dérangent personne. La sexualité, c’est du domaine du privé. J’vois pô pourquoi on les priverait d’un droit. On est tous égaux. Y’a pas à juger les autres et l’Amour. Y font de mal à personne. Le mariage homo, ça vous retire rien. Juste ce qui me dérange dans la Loi Taubira [N.B. : Oui, le beauf hétéro commence à peine à savoir comme s’appelle cette loi], c’est juste les enfants, l’adoption, la PMA, la GPA, le Gender [N.B. : lire « Jean-dé »]. Mais sinon, faut être tolérant, solidaire, catho. En fait, je sais pas trop, j’ai pas d’avis. Y’a des choses plus graves que le mariage homo, quand même : la crise, le chômage, la misère dans le monde. Qui c’est’y qui font les Veilleurs à perdre leur temps ? La loi a déjà été votée ! Pourquoi qui s’acharnent ? » Réponse au beauf hétéro bobo individualiste : Qui vous dit que nous sommes égaux ? (Nous ne sommes pas égaux car heureusement nous sommes différents : chaque personne mérite un traitement législatif adapté à sa réalité et à son contexte ; pas des lois qui uniformisent tout le monde sur des prétextes sentimentaux, qui banalisent collectivement la différence des sexes et qui dénaturent la réalité universelle du mariage. L’égalité en dignité n’a pas à devenir l’égalité des identités). Qui vous dit que la Loi Taubira ne nous retire rien, à nous les opposants au « mariage pour tous ceux qui le désirent » ? (elle retire sur les papiers législatifs, puis dans l’esprit des gens – symboliquement et concrètement – la reconnaissance sociale de la différence des sexes, différence qui est le socle de l’Humanité et de l’Amour pour construire la paix civile) Qui vous dit qu’un droit est positif en soi ? (un droit ne devient juste et positif que s’il s’adapte à la réalité et à la situation de la personne à qui on le donne ; sinon, il est au mieux inutile, au pire dangereux) Qui vous dit que la sexualité n’est que du domaine du privé ? (même s’il y a une part importante d’intimité dans un couple, ce dernier ne vit pas sur une île déserte et a des comptes à rendre à sa société) Qui vous dit que l’acte homosexuel c’est de l’Amour ? (l’Amour vrai rejette-t-il la différence ? Non. Or tout couple homosexuel expulse la différence, au moins des sexes) Qui vous dit que les couples homos, ils ne dérangent personne ? (moi, j’en connais beaucoup qui justement molestent et violentent leur famille, leurs cercles amicaux, leur entourage et leur société) Qui vous dit que la pratique homosexuelle ne fait pas de mal déjà aux personnes homosexuelles elles-mêmes ? (fermer les yeux sur la réalité violente des couples homosexuels, c’est de la non-assistance à personne en danger ou en ennui/insatisfaction) Qui vous dit que juger est forcément négatif ? (le jugement des actes, contrairement au jugement des personnes, est nécessaire et parfois bon, surtout quand les actes sont injustes et que seul notre jugement-pensée peut nous permettre de les dénoncer) Qui vous dit que la tolérance est forcément positive ? (Si nous tolérons tout, même les dictatures et les idéologies inhumaines, notre tolérance devient une soumission, une trahison, un délit par omission, une fermeture d’esprit extrêmement moralisatrice). Qui vous dit que les opposants au « mariage pour tous », même s’ils se sont levés à l’occasion d’une loi mettant en avant l’homosexualité, ne se sont déjà pas levés pour plein d’autres raisons qui ne concernent pas que les personnes homosexuelles ? (les divorces, les adoptions abusives, les familles monoparentales, les avortements, les manipulations d’embryons, etc.) Qui vous dit que lutter contre la Loi Taubira ne revient pas finalement à lutter contre le chômage, la misère et les crises qui la dépassent ? (l’Histoire de l’Humanité a montré à de nombreuses reprises qu’il n’y a pas de crise économique qui n’ait pas été précédée d’une crise morale et d’un effacement social progressif de la différence des sexes, des générations, des espaces) Qui vous dit qu’une loi qui a déjà été promulguée ne peut jamais être retirée ? (dans l’histoire de la 5e République, plusieurs lois ont été retirées après avoir été votées : le CPE, l’École Libre, le statut du beau-parent…)”

Philippe Ariño

 
 

L’homophobie de la loi Taubira

William-König

“Certains opposants à l’ouverture du mariage aux couples homosexuels ont pointé du doigt le caractère stigmatisant, et pour tout dire homophobe, de cette loi. Ce faisant, ils ont étonné voire agacé bien des gens… Comme ils avaient pourtant raison ! Cette loi enferme les personnes qui éprouvent un désir homosexuel dans celui-ci. Elle sous-entend que ce désir définit ces personnes de façon absolue, qu’elles ne sauraient s’en défaire ou le dépasser… « Puisque vous n’éprouverez jamais de désir pour une personne de l’autre sexe, puisque vous ne connaîtrez jamais le joie d’avoir une vie de couple entre homme et femme fondée sur l’amour, nous vous laissons la possibilité de singer le mariage entre vous. » Il n’y a rien de plus homophobe que d’enfermer une personne dans son désir homosexuel. Pour tout dire, il n’y a rien de plus totalitaire que d’enfermer qui que ce soit dans un désir. À bien y réfléchir, la loi sur la mariage homosexuel, fallacieusement appelée loi sur le mariage pour tous, est l’une des lois les plus excluantes et les plus insultantes jamais écrites contre la personne humaine. Elle nie foncièrement sa liberté ; elle nie que sa vie est une aventure toujours à écrire ; et, surtout, elle nie que l’homme puisse se repentir de ce qui le blesse. Bref, elle nie la réalité.”

William König

 
 

La tyrannie de la « complémentarité »

Philippe-Ariño

“On entend souvent les ennemis de la préférence, de l’exigence et de la qualité, dire, face à l’expression de notre désir de perfection ou de notre insatisfaction face à un leadership défectueux pendant une action politique : « Il faut de tout pour faire un monde… Tout le monde a sa place… Laisse ton égo de côté… Vous êtes différents… Pourtant, chacun a son charisme… Travaillez ensemble. Vous êtes complémentaires… Pourquoi tu critiques ? » FUCK ! Car non, nous ne sommes pas bons pour les mêmes choses. Nous ne sommes pas tous nés chefs, ni experts pour les mêmes taches. Et nous n’avons pas à tout faire systématiquement ensemble, même si nous visons apparemment le même bien commun ! Tout le monde n’est pas doué pour les mêmes choses, surtout dans les postes à hautes responsabilités. Dieu a distribué inégalement les talents, et ce n’est pas pour ça qu’Il n’aime pas chacun de nous : c’est justement de cette inégalité de traitement que provient notre complémentarité, et non, à l’inverse, comme se plaisent à croire les despotes et les faibles, d’une pseudo « égalité ». Nous n’avons pas à tout faire nécessairement ensemble. Le fantasme et la tyrannie de la collectivité, de la « complémentarité », ne sont pas réalistes : ils forcent, sous prétexte d’unité, à la fusion, au relativisme, à la sensiblerie. Nous ne sommes pas tous complémentaires pour certaines taches. L’union ne fait pas toujours la force. Main et pied font partie du même corps, mais n’exercent pas la même fonction (même s’il est possible de marcher sur les mains !). Essayer, au nom du fait qu’ils seraient absolument complémentaires, de marcher avec une main et un pied : vous allez galérer ! Tous les mélanges, du fait d’être mélanges, ne sont ni fameux ni nécessairement réussis. Par exemple, la différence des sexes, posée comme un idéal de bonheur absolu et idyllique par certains obsédés de la procréation ou de l’hétérosexualité, n’est pas un gage de « complémentarité » si elle n’est pas couronnée par l’amour de la bonne personne unique. Il ne suffit pas qu’il y ait « différences » pour qu’il y ait un bel agencement de celles-ci. Acceptons-le humblement. Ne mettons pas de la complémentarité et de l’unité partout. Il y a de bonnes inégalités, de réels manques entre nous, car Dieu l’a voulu ainsi. Relisons la Genèse, et assumons qu’il existent des petits et des grands.”

Philippe Ariño

 
 

Se laisser qualifier passivement d’hétéro, c’est finalement préparer et signer son accusation d’homophobe !

Philippe-Ariño

“Dans le climat mondial actuel, si tu n’es pas homo ou si tu ne t’affiches pas ‘gay friendly’, on t’accuse « au mieux » d’ « hétéro », au pire d’ « homophobe »… si ce n’est pas les deux ! Question de temps : d’années voire de secondes. Il nous faut donc comprendre d’urgence que l’étiquette « hétérosexuels » nous engage implicitement à soutenir en négatif celle d’ « homosexuels », nous prépare de manière ‘soft’ et polie à l’accusation d’homophobie. Alors ne nous laissons pas faire par les accusations apparemment positives et neutres telles que l’hétérosexualité ! Ne parlons que de notre sexuation aimante femme OU homme pour nous définir.”

Philippe Ariño

 
 

Égalité chaotique

Vctor-Rességuier

“La conception qu’impose l’Empire LGBT du principe d’égalité porte en elle le rejet de la vie mais aussi la négation même du droit. Si l’égalité des êtres humains suppose l’assouvissement de tous leurs désirs au mépris de toutes les différences, aussi objectives soient-elles, elle conduit nécessairement à l’anarchie et au chaos le plus absolu.”
Victor Rességuier

 

 

Si nous savions !

Philippe-Ariño

“Si nous savions ! L’hétéro est homo.”

Philippe Ariño

 

 

 

Affirmer que l’enfant voit le jour par l’hétérosexualité…

Guillemette-Biget

“Affirmer que l’enfant voit le jour par l’hétérosexualité est un mensonge à l’heure où contraception et avortement sont en libre service afin de pouvoir assouvir tous ses fantasmes sans contrainte aucune. L’enfant naît de l’Amour entre un homme et une femme qui décident d’inclure le projet de Dieu dans leur couple. Ne pas combattre cette idée aboutit aujourd’hui au concept « moderne » de stérilité sociale des paires de femmes qui ancrera l’enfant à naître dans le mensonge dès sa conception.”

Guillemette Biget

 
 

L’Étreinte

Laurent-Tarel

“Lorsque les époux se rencontrent dans l’intimité de leur amour, ce sont leurs coeurs qui s’unissent, leurs visages qui se frôlent, leur corps qui s’étreignent… Cette étreinte, langage profond de l’amour, permet la croissance de la connaissance réciproque des époux… Le langage biblique dit, à propos des époux qui s’unissent ainsi, qu’ils se ‘connaissent’… Cette connaissance d’intimité est la réponse dans la chair d’une connaissance plus large, plus essentielle encore qui est celle de toute leur vie… C’est cela que l’Église protège comme un des biens les plus précieux de l’homme et de la femme… Elle continue d’affirmer cette vérité avec amour et douceur, mais aussi avec fermeté car lorsqu’on travesti cette vérité, on s’enfonce dans le mensonge et la tristesse… Alors, rappelons simplement que ce chemin est le chemin du juste, du courageux, de l’humble… Et oui ! Il est si facile de se laisser aller au péché et au mensonge… Cela ne demande aucun effort ! Mais choisir ce chemin de l’amour vrai, et choisir tout ce chemin, demande le courage des valeureux, implique des renoncements et invite à l’humilité du saint… La véritable étreinte est celle des coeurs, celle qui implique toute la vie des époux et donc parfois la banalité du quotidien… Elle aspire en elle les corps qui se font alors les interprètes de cet amour véridique… Alors, ne juge pas trop vite l’Église et ses fils, ouvre ton coeur et sois attentif à l’appel qui y résonne… Tu cherches le bonheur ? Vois… Le chemin t’y est indiqué… C’est alors que tu deviendras inventif, car la charité est inventive… Et c’est ainsi que l’ordinaire de ta vie deviendra extraordinaire… Étreint la vie, le chemin et la vérité en étreignant ton épouse ou ton époux et tu verras que ce que veut dire aimer et être aimer… « L’amour seul sauve et est promesse de le Joie éternelle… »”

Frère Laurent Tarel

 
 

Légiférer au nom de l’amour ?

Vctor-Rességuier

“Il est toujours illusoire et malsain de prétendre légiférer au nom de « l’amour ». S’il est bien une chose que le droit ne peut ni régir ni restreindre, c’est l’amour.
Le résultat ? Contraception, divorce de masse, avortement, Pacs, « mariage » sans femme ou sans homme, « parenté » intentionnelle…”

Victor Rességuier

 

 

Tant que nous ne résistons pas contre l’hétérosexualité

Philippe-Ariño

“Toutes les lois pro-homosexualité n’auraient pas autant de succès à échelle mondiale si collectivement et tacitement nous ne cautionnions pas le mythe de l’hétérosexualité. Les pro-mariage-homo se servent d’ailleurs de cette léthargie massive autour de l’hétérosexualité pour tout faire passer. Tant que nous ne résistons pas contre l’hétérosexualité et que nous nous laissons traiter d’hétérosexuels sans broncher, la justification sociale de l’homosexualité a de « beaux » jours devant elle !”

Philippe Ariño

 
 

Différence entre l’hétérosexualité et l’amour femme-homme aimant

Marie-Victoire-Barthélémy

“L’hétérosexualité est fondée sur le narcissisme et la peur de l’autre, contrairement à l’amour du couple homme-femme qui est fondé sur la différence acceptée et aimée.”

Marie-Victoire Barthélémy

 

 

 

Se CUCHer

Philippe-Ariño

“De temps en temps, il faut savoir se CUCHer (comme dirait Johnny).”

Philippe Ariño

 

 

 

On ne peut pas être chrétien et hétérosexuel

Vincent-Bletry

“On ne peut pas être chrétien et hétérosexuel. La chasteté ne fait pas partie du champs lexical de l’hétérosexualité. Or il est indispensable à tout Chrétien de cultiver la chasteté, « affirmation joyeuse de qui sait vivre le don de soi, libre de tout esclavage de l’égoïsme » (Conseil Pontifical pour la Famille). La chasteté ouvre à une sexualité réellement, pleinement et librement donnée. Chers frères chrétiens, ne soyez pas hétérosexuels, soyez chastes !”

Vincent Blétry

 

 

L’hétérosexualité obéit à l’homosexualité

Philippe-Ariño

“Contrairement à ce que croient nos contemporains, l’hétérosexualité obéit à l’homosexualité, lui est totalement soumise. D’ailleurs, la seconde a servi de patron à la première (le terme « homosexuel » est apparu en 1869 ; le terme « hétérosexuel » un an après, et ils étaient quasiment synonymes, avant de devenir peu de temps après opposés). Et sans la volonté de justifier une pratique homosexuelle ou un ressenti homosexuel qui définirait une soi-disant espèce homosexuelle, jamais on n’aurait parlé d’hétérosexualité. L’hétérosexualité est bien un produit, une excroissance, un doublon de l’homosexualité. Encore aujourd’hui, c’est le cas. Les deux termes fonctionnent ensemble.”

Philippe Ariño

 
 

Hétérosexualité = sexualité porno

William-König

“Hétérosexualité et homosexualité font du prochain un objet de désir, non une personne. En cela, elles sont la porte ouverte à tout ce qui blesse la dignité de la personne et à tout ce qui l’abaisse à l’état d’objet de jouissance. Hétérosexualité et homosexualité n’ont rien à voir ni avec l’amour ni avec la sexualité : elles sont de l’ordre de la pornographie et de l’onanisme. La vision de scènes pornographiques hétérosexuelles et homosexuelles confirme cette intuition : hommes et femmes y subissent le même traitement ; ils ne sont que les objets interchangeables des mêmes fantasmes.”

William König

 
 

La pulsion imposée comme un « progrès » indiscutable

Vctor-Rességuier

“C’est de la même tiédeur que résultent l’asservissement de l’individu à ses désirs et le prétexte récurrent d’une fatalité condamnant la société à des évolutions qui seraient inéluctables. C’est une grave démission de la pensée que de s’interdire ainsi tout regard critique sur ces « évolutions ».”

Victor Rességuier

 

 

Je ne suis plus hétéro : Joie dans le Ciel !

Philippe-Ariño

“Il y a plus de joie dans le Ciel pour une seule personne qui dit : “Aujourd’hui, j’arrête d’être hétérosexuel (sans pour autant me dire homo après)” que pour 99 personnes qui se savent déjà homme ou femme, et Enfants de Dieu.”

Philippe Ariño

 

 

 

Rejet de l’altérité dans l’hétérosexualité

Vincent-Rouyer

“Après avoir constaté que l’autre n’était pas comme soi, après que l’idéal d’un autre « comme soi même » se soit effondré, le couple hétérosexuel rejette l’autre dans son altérité. En ce sens, il n’est pas du tout différent d’un couple homosexuel car la différence, c’est le lieu de la rencontre des couples aimants.”

Vincent Rouyer, aidé par Marc Lesage

 

 

Le plaisir, dans l’hétérosexualité, est une fin

Vincent-Bletry

“L’hétérosexualité sacralise la tendance, l’envie, l’immédiate satisfaction. Pas étonnant qu’elle laisse place au goût amer qui nous envahit après un plaisir égoïste, non partagé. Le plaisir, dans l’hétérosexualité, est une fin, l’autre en est le moyen. Dans le couple homme-femme couronné par l’amour, l’autre est la fin ; le plaisir tout au plus un moyen. Allons, ne nous enfermons pas dans l’hétérosexualité, ouvrons nous vraiment au cœur de l’autre et laissons au plaisir la place qui lui revient.”

Vincent Blétry

 
 

L’hétérosexualité : un truc de gens peureux et obsédés sexuels

Philippe-Ariño

“La nuit dernière, à la Place Vendôme à Paris, je me trouvais aux Veilleurs debout, une communauté qui a fait de Twitter une de ses plates-formes privilégiées de communication et d’organisation. Je suis identifié comme homo par la plupart d’entre eux, et ça n’a jamais posé problème, bien au contraire. C’est à la fois un détail et ça rajoute de la convivialité et de la connivence à nos échanges. Mais en les quittant hier soir, la réaction instinctive de l’un d’entre eux quand je lui ai demandé innocemment quel était son pseudo sur Twitter pour qu’on se suive, comme avec les autres – il m’a immédiatement rétorqué, avec beaucoup de sérieux, « Non mais je suis hétéro ! », comme si d’emblée, du fait que je sois homo, je me réduisais à ma tendance sexuelle, je me métamorphosais en dragueur et en danger sexuel –, m’a amusé (car j’étais à des lieues de penser qu’il allait interpréter mon initiative amicale comme une avance) et m’a confirmé une chose : que la pancarte « hétérosexualité », que beaucoup sortent précipitamment pour se justifier de ne pas être homo, était au fond un paravent pour dissimuler une peur, une homophobie mais aussi une focalisation suspecte sur l’homosexualité, et plus largement sur la pulsion sexuelle. Au bout du compte, l’hétérosexualité est un réflexe d’auto-défense qui donne trop d’importance à l’homosexualité, et pas assez à la personne dans sa globalité, pas assez à l’amitié, pas assez à la relation gratuite. Il y a de la peur et de l’obsession sexuelle dans l’hétérosexualité. Personne ne le dit, mais c’est vrai. L’hétérosexualité est tout sauf de l’amour, tout sauf une identité positive.”

Philippe Ariño

 
 

Soyons aimants

Vincent-Bletry

“L’hétérosexualité trop souvent conduit à assouvir ses fantasmes, ses plaisirs, elle réduit l’autre à l’objet de son désir. Or, comme dit Alain Frossard, « l’amour c’est ce qui fait exister l’autre ». Ne soyons pas hétérosexuels, ouvrons notre cœur à l’autre, l’homme à la femme, la femme à l’homme, le Chrétien à Dieu. Soyons aimants, tout simplement.”

Vincent Blétry

 

 

Gay Pride et Hétérosexualité

Guillemette-Biget

“Je vois chaque année passer la Marche des Fiertés sous mes fenêtres. Pendant des heures : simulation de sodomie à moitié à poil et autres danses pour le moins suggestives en démonstration gratuite, qui me laissent à chaque fois perplexe et songeuse. N’y a-t-il pas là une tentative désespérée de justifier l’injustifiable ? Je me suis alors posé la question : à quoi ressemblerait une « hétéro-pride » ? Question éminemment saugrenue, bien sûr ! Vous voyez-vous sur un char, musique techno à fond les boulettes, pour offrir aux badauds médusés des démonstrations de « dis-moi, maman, comment fait-on les bébés ? » Non, parce que l’Amour entre un homme et une femme ne se résume pas à des parties de jambes en l’air et n’a pas à s’exhiber ou à chercher à se justifier. Il est l’affaire intime de chaque couple qui se construit dans le respect mutuel et la fidélité. Il fructifie au fil des années dans l’altérité et la complémentarité. Cet amour-là n’a besoin d’aucun législateur, ni moins encore de loi, il n’a aucune revendication, il ne réclame rien en hurlant plus fort que tout le monde et en tapant du pied par terre comme un gamin insatisfait de 3 ans. Il est. Point. Il n’a besoin pour s’épanouir que du regard bienveillant du Créateur qui lui sert de boussole car après tout, c’est Lui qui l’a voulu ainsi depuis le premier jour.”

Guillemette Biget

 
 

Que vont dire mes parents si je leur annonce…

William-König

“Tiens, je rends visite à mes parents demain : je vais leur annoncer que je ne suis pas hétérosexuel. Je pense que ça va être dur, surtout avec ma mère, mais j’essaierai de trouver les mots justes !”

William König

 

 

 

CUCH toujours : Prêts !

Philippe-Ariño

“Le site CUCH, ça me fait penser à un jeu scout qui se joue en cercle, et où à tour de rôle on doit se passer un crayon pour tracer un dessin imaginaire (un visage souriant de lune) en l’air, et découvrir ce qui fait qu’il sera validé par la communauté ou bien rejeté. Tant qu’on ne connaît pas le “truc” tout con qui déclenche l’assentiment de “ceux qui savent” et qui rend notre dessin magnifique (même s’il ressemble à un affreux gribouillage), on s’arrache les cheveux, on s’énerve, on se dit que c’est un truc d’intello élitiste, on rigole intrigué… puis on finit par se calmer et par réaliser que c’était bête comme chou : l’important, c’est l’homme et la femme qui s’aime ; l’important, c’est Dieu qui aime l’Humanité ! Eurêka ! CUCH nous demande de savoir déplacer notre champ de vision. Le fait que nous, contributeurs et signataires, apparaissions aux yeux de beaucoup aujourd’hui comme des OVNI ou des bouffons, montre le retard et la régression qu’on a tous accumulés dans le domaine de la sexualité depuis un peu moins de deux siècles… Le site CUCH aurait pu tout aussi bien s’appeler “L’Observatoire des Bobos intégristes” ! C’est une belle oeuvre… que le monde regarde pour l’instant avec circonspection et énervement, et ce, des deux côtés : du côté bobo de gauche, et du côté intégriste de droite. Mais peu importe. Nous annonçons. Et le temps fera le reste. CUCHI-CUCHA deviendra CUCH ! Inlassablement, nous le répéterons : “Non ! nous ne sommes pas naturellement hétérosexuels. Nous sommes seulement nés homme ou femme, appelés à aimer dans la différence des sexes et dans la différence entre Créateur et créatures.”

Philippe Ariño

 
 

La sagesse de l’Eglise qui ne justifie pas l’hétérosexualité

William-König

“La sagesse de l’Eglise est celle des écritures et de la tradition. Dans ces deux sources, l’être humain est affirmé comme libre. Il a été créé homme et femme, certes ; mais aucun de ses désirs ne le définit ontologiquement.”

William König

 

 

 

XX ou XY

Laurent-Tarel

“Qu’on le veuille ou non, qu’on veuille le choisir ou pas, nous sommes homme ou femme ! C’est inscrit là dans nos gènes pas simplement comme une coïncidence de la nature darwinienne, mais comme le signe d’une volonté qui a œuvré et désiré l’homme et la femme ! Ceux-ci sont voulus différents pour qu’une communion soit possible entre eux… une communion des cœurs, bien sûr, mais aussi une communion de leur corps ! Une intimité, signe d’une alliance profonde et définitive de Dieu avec l’Homme. Et une telle communion, véritable et réelle, porte du fruit… un fruit d’amour et de vie ! « Deviens ce que tu es » !!! Il nous appartient donc, par notre intelligence et notre volonté, de devenir ce que nous sommes depuis le commencement de notre vie… Notre liberté est donc entière : accepter pleinement notre être, qui est un don qu’il nous revient de faire fructifier…”

Frère Laurent Tarel

 
 

Hétérosexuel : me voilà…

François-Xavier-de-Boissoudy

“Hétérosexuel : me voilà réduit à l’état d’adjectif.”

François-Xavier de Boissoudy

 

 
 

Hétérosexualité et discrimination

Jean-Baptiste-Hibon

“L’hétérosexualité est à la sexualité ce que la non-discrimination est à la discrimination.”

Jean-Baptiste Hibon

 

 

 

 

Le mariage selon Mme Taubira se résumerait…

Guillemette-Biget

“Le mariage selon Mme Taubira se résumerait à une simple affaire de sexe et finalement peu importe le sexe du partenaire. Quel déni du réel. Car le mariage, le vrai, est un engagement CDI où l’Amour conjugal entre une femme et son époux continuera à grandir même quand les relations sexuelles ne seront plus à l’ordre du jour et qu’ils se retourneront avec tendresse sur le chemin qu’ils auront parcouru ensemble, main dans la main.”

Guillemette Biget

 

 

Ne nous soumettons pas au joug de la « tolérance »…

Vctor-Rességuier

“Ne nous soumettons pas au joug de la « tolérance », car il est injuste de tolérer l’injustice.
Que ceux qui nous enjoignent de tolérer leurs doctrines commencent par bien vouloir tolérer la réalité.”

Victor Rességuier

 

 

 

Vous savez pourquoi le catholicisme est la seule religion préservée de l’hétérosexualité ?

Philippe-Ariño

“Vous savez ce qui fait que le catholicisme est la seule religion préservée de l’hétérosexualité (même si, bien sûr, il y a parmi les gens qui se disent “cathos” des personnes très hétérosexuelles parce qu’en actes, elles vivent la différence des sexes sans désir et leur attachement à l’Église sans amour) ? C’est l’option du célibat consacré. Une particularité typiquement catho. En effet, l’Église ne propose pas comme unique chemin de bonheur humain le “Couple”. Alors que le reste des religions disent qu’hors du mariage procréatif, point de Salut !”

Philippe Ariño

 

 

Le mot sexualité comporte en lui-même la notion d’altérité : hétérosexualité est de trop

Vincent-Rouyer

“Le mot sexualité comporte en lui-même la notion d’altérité (latin seccare = séparer). Ce terme, en toute logique, ne devrait donc pas avoir besoin d’un préfixe pour être compris dans son sens originel. La sexualité humaine ne se réduit pas à la génitalité, elle peut prendre des formes diverses plus ou moins matures mais elle trouve son aboutissement et sa plénitude dans l’amour homme-femme aimant ou dans le célibat consacré. La bipolarisation de la sexualité humaine en homosexualité et hétérosexualité est une supercherie qui ne tient plus compte du réel et sert de base à la Loi Taubira et aux revendications LGBT.”

Vincent Rouyer

 
 

L’hétérosexualité ne peut se confondre avec…

Marie-Victoire-Barthélémy

“L’hétérosexualité ne peut se confondre avec l’amour d’un couple homme-femme, car elle supprime ce qui est à son origine : le don des personnes dans la durée.”

Marie-Victoire Barthélémy

 

 

 

L’hétérosexualité réduit le couple à la relation sexuelle

Vincent-Bletry

“L’hétérosexualité réduit le couple à sa relation sexuelle, elle fait disparaître la notion d’amour en y substituant celle du désir, de la tendance.”

Vincent Blétry

 

 

 

Combattre la différence des sexes…

Vctor-Rességuier

“Combattre la différence des sexes comme une inégalité, c’est combattre la vie.”

Victor Rességuier

 

 

 

Pourquoi la théorie du genre est-elle contre elle-même ?

Vincent-Rouyer

“Pourquoi la théorie du Genre est-elle une théorie contre elle-même ? Les adeptes du Gender qui s’appuient sur l’hétérosexualité et se fondent sur une bipolarisation de la sexualité humaine veulent lutter contre les stéréotypes de genre qu’ils ont eux-mêmes contribué à créer en survalorisant l’homme et la femme objets au détriment de l’homme et de la femme réels. En cela, ils ne font que rejouer le rôle du pompier pyromane.”

Vincent Rouyer

 

 

Il n’y a aucun second degré dans la création de ce site

Philippe-Ariño

“Il n’y a aucun second degré, piège ni provocation dans la création de ce site. Ouvrons juste les yeux et laissons-nous déplacer un peu. L’hétérosexualité est un terme hybride, un vrai bidouillage : “hétéro” vient du grec, “sexualité” du latin. Et vous voudriez que ce mot peu sérieux, fait de bric et de broc, définisse l’Humanité toute entière, sans rire?? Certains pensent que j’arrive avec une nouvelle définition de l’hétérosexualité, toute personnelle, ou bien que je me baserais sur la définition originelle et trop datée de l’hétérosexualité sans prendre en compte ce qu’elle serait devenue avec le temps (à savoir l’opposé de l’homosexualité). Je réponds qu’aujourd’hui, l’hétérosexualité a conservé le même sens qu’en 1870. C’est juste que personne n’en parle. Mais regardez les bobos ou à l’inverse les couples bourgeois intégristes qui se définissent comme « hétéros », regardez leur sexualité ambiguë et peu aimante. Et vous aurez l’illustration de la violence de l’hétérosexualité. L’hétérosexualité est dangereuse déjà parce qu’en pratique elle invite à la bisexualité ou à la scission entre l’homme et la femme, et surtout parce qu’elle gomme l’alliance d’amour dans la différence des sexes pour la substituer par une tendance ou une pratique sexuelle. Les hommes et les femmes n’existent plus dans la pensée hétéro : ils deviennent « les hétéros en opposition aux homos ». L’hétérosexualité est une atteinte à la réalité de l’Humanité, à commencer par la réalité corporelle, pour finir par la réalité d’Amour, car sans la reconnaissance de la différence (sexuée en l’occurrence) il est difficile de s’ouvrir et d’aimer.”

Philippe Ariño

 
 

L’hétérosexualité : nouveau poncif

William-König

“L’hétérosexualité, ou l’un des innombrables poncifs de ce stupide XIXème siècle !” (cf. référence à Léon Daudet pour la fin)”

William König

 

 

 

Nos gouvernants se servent de l’hétérosexualité

Philippe-Ariño

“Nos gouvernants se servent de l’hétérosexualité pour faire passer n’importe quelles lois, même les plus inhumaines : déni du statut de l’embryon, justification et banalisation sociales de la pratique et du mariage homos, manipulations génétiques (PMA, GPA), adoption à qui la demande, divorce, statut du beau-parent… Ça les arrange de réduire la relation femme-homme aimante à un mot, « hétérosexualité », qui vide la différence des sexes d’amour, de beauté et de liberté.”

Philippe Ariño

 
 

Non, la loi Taubira ne concerne pas…

Vincent-Rouyer

“Non, la loi Taubira ne concerne pas QUE les personnes homosexuelles, elle sacralise l’indifférence hétérosexuelle…”

Vincent Rouyer

 

 

 

Le jour où l’Humanité aura capté…

Philippe-Ariño

“Le jour où l’Humanité aura capté que l’hétérosexualité a toujours été synonyme de « bisexualité », et non d’altérité dans le sens noble, sexué, corporel et aimant du terme – car l’altérité que l’hétérosexualité vante est le libertinage (« hétéro » veut dire « autre », et pour les hétéros, il s’agit de toujours vivre d’autres expériences, avec d’autres partenaires, dans d’autres lieux et d’autres époques, dans l’anti-conformisme et le déni des limites : l’hétérosexualité absolutise l’altérité et met celle-ci partout sauf dans la différence des sexes couronnée par l’amour) -, elle fera sa grande révolution d’Amour.”

Philippe Ariño

 
 

Je récuse…

Vctor-Rességuier

“Je récuse le terme officiel « d’ouverture du mariage aux couples de même sexe », à la fois parce qu’on ne peut pas parler « d’ouverture » du mariage alors qu’on le détruit et parce que le terme « couple » doit retrouver son vrai sens, autant que celui de « parents ». Je propose de désigner ces réformes-là comme ce qu’elles sont : suppression de la condition d’altérité sexuelle dans le mariage, « mariage » entre personnes de même sexe, « mariage » entre tous, « mariage » unisexe (ou monosexe), destruction du mariage, « mariage » altérophobe…”

Victor Rességuier

 
 

N’employez le terme « hétéro » que…

Philippe-Ariño

“N’employez le terme « hétéro » que pour parler des mauvais aspects des couples femme-homme. Jamais des bons.”

Philippe Ariño