Archives de catégorie : Définitions

Subjectivité rationnaliste

Vincent-Rouyer

“Le problème est qu’on est en train de remplacer subrepticement les fondements de la morale qui reposaient sur la raison et le principe de réalité par le désir, l’émotion et le sentiment subjectif. Et le plus beau, c’est que nos nouveaux moralistes toute honte bue n’hésitent pas à tordre la raison et la réalité par une succession de sophismes afin de les mettre au service du désir tout-puissant.”

Vincent Rouyer

Relations sexuelles… Question de termes

(par le frère dominicain Laurent Tarel)

 

Laurent-Tarel

 

« Dans le genre (sans jeu de mots) ‘confusion des termes’ je voudrais la mère » ! Une des confusions majeures dans les débats touchant à la sexualité se trouve, me semble-t-il, dans ce qu’on entend par ‘relation sexuelle’…

 

L’expression ‘relation sexuelle’ sert à tort et à travers pour désigner des réalités bien différentes. On l’utilise aussi bien pour parler de l’union conjugale que pour désigner les relations de type ‘homosexuel’. Est-ce légitime ? Ou bien cela n’est-il pas un abus de langage ?

 

Reprenons depuis le départ pour mieux comprendre…

 

La relation sexuelle signifie, dans le sens véritable du terme, la pénétration du sexe masculin dans le sexe féminin. Le terme décrit donc l’union des sexes de deux personnes. Cette union implique une complémentarité et donc une différence initiale ! Il s’agit de l’union la plus intime qui puisse unir l’homme et la femme. La relation sexuelle possède par conséquent des caractéristiques propres et précises : elle ne peut être qu’entre deux personnes de sexes différents : un homme et une femme ; elle est le signe de la complémentarité plus large, celle de l’être de l’homme et de la femme.

 

Ajoutons que la relation sexuelle porte en soi une double finalité. Elle permet la communion profonde des personnes dans l’amour (en étant le signe dans la chair de la parole échangée dans le mariage –le seul et unique) qu’elles se donnent l’une à l’autre ; elle peut être l’origine d’une vie nouvelle, signe de la fécondité de cet amour. Elle ne peut exister, par conséquent, que dans le couple. C’est-à-dire entre l’homme et la femme puisque tout autre type de relation ne constitue pas un couple mais une paire

 

Une relation de type ‘homosexuel’ n’est donc pas une relation sexuelle pour plusieurs raisons.

 

D’abord parce qu’il n’y a pas au sens précis du terme pénétration des sexes ! Nul besoin, je pense, de faire un dessin. C’est une relation qui ne manifeste plus alors la complémentarité, mais la ressemblance (et donc la recherche de soi, de son propre ‘ego’, plus que la rencontre de l’autre). Sans cette complémentarité des sexes, la relation devient immédiatement stérile. Stérile car le don de soi à l’autre ne peut plus, alors, aller jusqu’au don le plus intime de soi à l’autre (et oui, la relation sexuelle n’est pas la recherche de son plaisir); stérile encore parce qu’elle ne peut pas, elle ne peut jamais s’ouvrir à la vie ! Ce qui est, au passage, bien différent du cas des couples stériles ou hypo-féconds chez lesquels la communion peut être totale. En ce cas, la stérilité est le fruit malheureux d’un problème physique, hormonal ou psychologique que le couple ne choisit pas.

 

La relation de type ‘homosexuel’ n’est donc pas une relation sexuelle… Elle est centrée autour de la recherche du plaisir, laissant échapper la véritable communion des personnes. Je sais que les personnes homosexuelles aussi ont un grand besoin d’amour, et peut être davantage que les autres de reconnaissance. Mais n’oublions pas que le plaisir ne peut suffire à les trouver ! Le plaisir est un surplus qui est donné dans l’accomplissement d’un acte bon. Coupé de cet acte bon, il n’est plus qu’un long fil qu’on déroule derrière soi en se vidant peu à peu de son être même.

 

La relation sexuelle est source de bonheur, de communion et de vie ; elle ne peut donc pas être singée sans y perdre quelque chose de soi, de son humanité.

 

En faisant acte de réalisme, il faut rappeler que toute relation sexuelle, entendue au sens qui a été donné, n’est pas immédiatement source de ce bonheur dont je parle. Il faut comprendre qu’il s’agit d’un chemin… Comme tout chemin, il y a un point de départ, le chemin en lui-même et un point d’arrivée.

 

Le point de départ est le sacrement de mariage (ou au moins le mariage naturel, que je distingue du mariage civil et spécialement depuis la pseudo-loi ‘Taubira’), fondé sur la différence sexuelle. En lui, une parole est échangée (les consentements), inaliénable et qu’on ne peut reprendre sans commettre une injustice. Cette parole pourra alors s’exprimer tout au long du chemin en s’étendant dans le langage des corps qui s’unissent. Mais toujours dans la double perspective du don : celui de soi-même à l’autre sans réserve et sans repentance ; celui de la vie (dont la régulation naturelle des naissances est un élément essentiel). Le point d’arrivée, enfin, qui sera la communion parfaite et totale des personnes non plus seulement dans la chair et la famille, mais dans l’Esprit Saint

 

La relation sexuelle n’est pas cet absolu qui procure une vie belle et heureuse. La consécration religieuse, l’amitié (et l’amitié conjugale en particulier), sont de belles et hautes voies, exigeantes et difficiles, mais véritables et libératrices pour avancer sur le chemin de la Béatitude… en Dieu !

 

La relation sexuelle appartient au sanctuaire intime et privé du couple. Ce sanctuaire nul ne peut le violer ni de l’extérieur ni de l’intérieur… C’est le lieu d’une communion si intime que le Seigneur lui-même l’a béni dans le Sacrement de Mariage !

 

Pour conclure, je rappellerai que la relation sexuelle n’est pas le tout de la vie du couple. Elle implique, là aussi, la chasteté (toujours) et la continence (périodiquement). La chasteté car on doit jamais user de l’autre comme un moyen pour sa propre fin personnelle. On ne doit jamais s’approprier l’autre, mais au contraire toujours se donner l’autre, dans un respect infini de sa dignité et de sa personne qui est toujours une fin en soi. La continence parce que le désir sexuel n’est pas un simple instinct (comme chez l’animal), mais comporte toujours une réponse raisonnable et volontaire de la personne. La relation sexuelle du couple devrait être toujours l’expression de cet amour qui se construit au fil des jours dans le couple, dans la fidélité à la parole échangée au jour du mariage ; elle est la manifestation, dans le don réciproque du corps des personnes, d’un amour oblatif… d’un amour qui passe par le don de soi à l’autre. « Aimer, c’est tout donner… et se donner soi-même. » (Sainte Thérèse de Lisieux).

 

Dans ce contexte, il est évident que réduire le couple humain (je rappelle que le couple est composé d’un homme et d’une femme) à sa sexualité est une aberration qui ne vise qu’à justifier la pratique homosexuelle en cherchant, de manière perverse, à user de termes qui ne correspondent pas à cette pratique.

 

« Que celui qui a des oreilles, une intelligence, et un coeur entende… »