Philippe-Ariño

“Il n’y a aucun second degré, piège ni provocation dans la création de ce site. Ouvrons juste les yeux et laissons-nous déplacer un peu. L’hétérosexualité est un terme hybride, un vrai bidouillage : “hétéro” vient du grec, “sexualité” du latin. Et vous voudriez que ce mot peu sérieux, fait de bric et de broc, définisse l’Humanité toute entière, sans rire?? Certains pensent que j’arrive avec une nouvelle définition de l’hétérosexualité, toute personnelle, ou bien que je me baserais sur la définition originelle et trop datée de l’hétérosexualité sans prendre en compte ce qu’elle serait devenue avec le temps (à savoir l’opposé de l’homosexualité). Je réponds qu’aujourd’hui, l’hétérosexualité a conservé le même sens qu’en 1870. C’est juste que personne n’en parle. Mais regardez les bobos ou à l’inverse les couples bourgeois intégristes qui se définissent comme « hétéros », regardez leur sexualité ambiguë et peu aimante. Et vous aurez l’illustration de la violence de l’hétérosexualité. L’hétérosexualité est dangereuse déjà parce qu’en pratique elle invite à la bisexualité ou à la scission entre l’homme et la femme, et surtout parce qu’elle gomme l’alliance d’amour dans la différence des sexes pour la substituer par une tendance ou une pratique sexuelle. Les hommes et les femmes n’existent plus dans la pensée hétéro : ils deviennent « les hétéros en opposition aux homos ». L’hétérosexualité est une atteinte à la réalité de l’Humanité, à commencer par la réalité corporelle, pour finir par la réalité d’Amour, car sans la reconnaissance de la différence (sexuée en l’occurrence) il est difficile de s’ouvrir et d’aimer.”

Philippe Ariño