Capture d'écran 2015-03-26 09.52.37
 

À la veille de mon retour en France (26 mars 2015), bilan de mon voyage en Italie : génial. Mais le diagnostic pour le « mariage pour tous » est alarmant et rageant. Là-bas, la Manif Pour Tous Italie interdit de parler d’homosexualité. Purement et simplement. Elle se réfugie derrière l’enfant, puis derrière une position victimiaire qui contribue à exacerber les frustrations, les incompréhensions, les mensonges et les radicalisations, au sein de son propre camp. Elle répète exactement les mêmes erreurs que LMPT France. Par exemple, hier soir, à Mestre, le responsable national de LMPT, même s’il trouve mon témoignage « intéressant », a demandé à ce que la réunion soit circonscrite dans un contexte privé et ecclésial. Pourtant, ma présence n’est pas un simple « témoignage de foi » : c’est une vraie réflexion et analyse socio-politique, qui donne plein d’éléments de stratégie et de fondement d’idées pour que le combat contre l’indifférenciation des sexes soit mené à bien. Il a imposé à l’organisatrice de ma conférence de ne pas dire que c’était LMPT qui organisait. Les responsables LMPT Italia trouvent que je suis trop catho et qu’il ne faut pas parler d’homosexualité car ça risque d’attirer sur eux l’accusation d’homophobie et d’intégrisme, et que l’homosexualité n’est pas la question du « mariage pour tous ». Ils n’ont rien compris ! Ils cultivent une « neutralité aconfessionnelle » centrée uniquement sur le natalisme – famille et enfant – et sur des concepts qu’ils ont diabolisés (le « Gender », en première ligne, et bien sûr l’homophobie, qu’ils réduisent à une insulte et à une accusation qu’il faudrait mépriser et ignorer). Ils se présentent comme « hétérosexuels ». Ils ne comprennent pas que la loi du mariage gay passe précisément au nom de l’« amour homo » et de l’hétérosexualité, et non au nom de la demande d’enfant. Ils ne parlent pas d’homosexualité et font du mariage une affaire de filiation et non d’abord d’amour, ni de couple et d’orientation sexuelle, alors que c’est précisément l’inverse que font les promoteurs de la loi. LMPT Italia sont prêts, à la rigueur, à récupérer les quelques « homos mais pas gays » (Dolce & Gabbana, Jean-Pier Delaume Myard, Bobby Oscar López…) qui sont d’accord pour tenir leur discours simpliste, hétérosexiste, victimisant, homophobe, anti-lobby LGBT et anti-médias, focalisé sur les conséquences de la loi sur la filiation, mais qui ne propose aucune réflexion sur la pratique homo, l’hétérosexualité. La participation des personnes homos opposées à la loi qui passe en leur nom ne va pas plus loin. La majorité des Italiens et LMPT Italia, concernant le « mariage gay », vont donc droit au mur. Et le pire, c’est qu’ils ne s’en rendent même pas compte car ils se placent en victimes : « On ne nous écoute pas ! Le lobby LGBT, les politiciens francs-maçons et les médias imposent leur censure. On n’a plus le droit de parler. » Mais en vérité, ce sont eux qui censurent et s’auto-censurent. Ils jouent à ne pas être cathos ni homophobes, et coulent ainsi leur propre barque. C’est dommage car ils ont de grands intellectuels – Giovanni Reginato, Paolo Latini, entre autres – qui ont compris les enjeux et les ressorts rhétoriques. Je ronge mon frein. Et je ne peux que tirer donc la sonnette d’alarme !
 
Capture d'écran 2015-03-26 09.51.29