Pauvre Simone Veil… Ce soir, elle doit se retourner 36 000 fois dans sa tombe de se voir applaudie par les libertaires qui lui attribuent à tort la création d’un « droit à l’avortement pour toutes » (alors qu’en réalité, elle n’a jamais défendu un « droit à avorter » : elle voulait au contraire que les femmes enceintes soient le plus possible aidées pour les dissuader de recourir au drame de l’avortement). Elle doit également halluciner de se voir auréolée par les militants pro-gays qui sont à des lieues de s’imaginer qu’elle a défilé contre le « mariage gay », parce qu’elle, au moins, avait compris que ce pseudo « mariage » est au fond un trafic d’enfants, de mères et de personnes homosexuelles.