Le mal pour le bien, le bien pour le mal (Québec)

 

Cette courte « vidéo » de Dominique Pelletier, au phraser un peu emphatique, pourra prêter à rire.

 

Il n’empêche que ce que dit son auteur est vrai (Rien qu’en regardant l’affiche du ministère de la culture que je vous ai mis en pièce jointe, on peut identifier les trois « 6 » stylisés du 666 satanique).
 

 

Au Québec, comme dans le reste du monde, nous sommes en train d’observer une inversion complète entre le bien et le mal. Ceux qui prônent le mal sont promotionnés (exemple de la féministe pro-gays Christine St-Pierre, ministre québécoise des Relations Internationales, femme-escroc qui entend imposer à son pays une politique expansionniste LGBT : « Je veux intégrer la défense des minorités sexuelles à la politique extérieure du Québec ») tandis que les justes finissent en prison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *