« La multitude de ceux qui étaient devenus croyants avait un seul cœur et une seule âme ; et personne ne disait que ses biens lui appartenaient en propre, mais ils avaient tout en commun. C’est avec une grande puissance que les Apôtres rendaient témoignage de la résurrection du Seigneur Jésus, et une grâce abondante reposait sur eux tous. Aucun d’entre eux n’était dans l’indigence, car tous ceux qui étaient propriétaires de domaines ou de maisons les vendaient, et ils apportaient le montant de la vente pour le déposer aux pieds des Apôtres ; puis on le distribuait en fonction des besoins de chacun. » (Actes des Apôtres, 4, 32-35)
 

Un texte qui illustre à mon avis pourquoi il ne faut surtout être ni communiste ni socialiste. (Je n’ai pas dit « de gauche », attention)
 

(Parce que le communisme ne rend pas témoignage à Dieu et fait du COMMUN un diktat, une idéologie sans liberté ni Charité. Parce que le socialisme respecte rarement les Apôtres et ne distribue pas les richesses selon les besoins de chacun : au contraire, son concept d’égalité est utilisé pour attribuer les mêmes besoins à tous, pour uniformiser les personnes et les situations sous forme de « droits » universels et d’« égalité des chances » ; l’égalité qu’il prône est une atteinte à l’équité, à la véritable justice.)