Archives de catégorie : Phrases du jour

Subjectivité rationnaliste

Vincent-Rouyer

“Le problème est qu’on est en train de remplacer subrepticement les fondements de la morale qui reposaient sur la raison et le principe de réalité par le désir, l’émotion et le sentiment subjectif. Et le plus beau, c’est que nos nouveaux moralistes toute honte bue n’hésitent pas à tordre la raison et la réalité par une succession de sophismes afin de les mettre au service du désir tout-puissant.”

Vincent Rouyer

Hétérophobe

Philippe-Ariño

“Je ne tolère qu’une seule insulte à mon encontre : celle d’ ‘hétérophobe’. Même si, en réalité, je ne suis pas vraiment ‘hétérophobe’ car seules les personnes les plus proches d’être ‘hétérosexuelles’ peuvent en être effrayées, et même si l’hétérosexualité ne me fait pas peur, je pars depuis longtemps en combat contre l’hétérosexualité. Je suis plutôt anti-hétérosexualité.”

Philippe Ariño

 
 

El drama previsible del Sínodo 2015 es el probable rechazo en bloque del « Gender », sin que éste sea denunciado como heterosexualidad

Philippe-Ariño

“El drama previsible del Sínodo 2015 es el probable rechazo en bloque del Gender (ideología del Género), sin que éste sea reconocido, analizado y denunciado como heterosexualidad. La palabra « Gender » puede ser arrastrada por el barro, ser maldita, ser anunciada como un peligro inmenso, no cambiará nada. El mayor peligro del « Gender » es precisamente su alias « heterosexualidad » que en realidad casi nadie identifica como el gemelo escondido de la homosexualidad, de la bisexualidad, del libertinaje angelista, del Gender. La mayoría de los católicos no entiende nada del Gender, no me escucha y no aprovecha de la verdadera oportunidad del ataque frontal intelectual contra la palabra « Gender ».”

Philippe Ariño

 
 
 
Capture d'écran 2015-10-11 09.39.19
 
Capture d'écran 2015-10-11 09.41.24
 
Capture d'écran 2015-10-11 09.42.11

Le drame prévisible du Synode 2015, c’est le très probable rejet en bloc du « Gender » qui risque de ne pas être dénoncé en tant qu’hétérosexualité

Philippe-Ariño

“Le drame prévisible du Synode 2015, c’est le très probable rejet en bloc du « Gender » qui risque de ne pas être reconnu, analysé et dénoncé en tant qu’hétérosexualité. On pourra traîner le mot « Gender » dans la boue, le maudire, l’annoncer comme un immense danger, ça ne changera rien. Le plus grand danger du « Gender », c’est précisément son nom d’emprunt « hétérosexualité », que pour le coup quasiment personne n’identifie comme le jumeau caché de l’homosexualité, de la bisexualité, du libertinage angéliste, du Gender. La plupart des catholiques ne comprend rien au Gender, ne m’écoute pas et ne saisit pas la chance qu’est en réalité l’attaque intellectuelle frontale contre le mot « Gender ».”

Philippe Ariño

 
 
 
Capture d'écran 2015-10-11 09.39.19
 
Capture d'écran 2015-10-11 09.41.24
 
Capture d'écran 2015-10-11 09.42.11

Au coeur de la polémique sur la place des personnes homos dans l’Église se trouve la considération du célibat

Philippe-Ariño

“On le dit peu, parce qu’on préfère encore s’enliser dans des faux débats (‘Faut-il accueillir les personnes homos dans l’Église? Et comment?’, ‘L’union homo a-t-elle de la valeur et est-ce de l’amour?’, etc.)… mais en fait, l’enjeu autour de l’homosexualité dans le prochain Synode romain sur la famille, le plus grand saut qui sera demandé au Pape et à ses cardinaux (et qui a déjà été implicitement fait par Benoît XVI), c’est au bout du compte d’oser proposer ouvertement le CÉLIBAT aux personnes durablement homosexuelles. Qu’on le veuille ou non, celui-ci est au cœur de la question homosexuelle. C’est ça le plus dur à sortir. Cette revalorisation du célibat risque fort d’être crucifiante, culottée, mal reçue et mal comprise, potentiellement explosive dans notre monde actuel qui idolâtre le mot ‘amour’, les sentiments amoureux et le ‘Couple‘, clivante y compris dans un clergé catholique qui ne désire pas voir un alignement/amalgame entre prêtrise et homosexualité et qui jusque-là n’avait offert le célibat qu’à ceux qui l’avaient choisi et qui étaient considérés comme dignes de pouvoir le porter. Mais il ne faut pas se mentir : au centre de la problématique de l’homosexualité se trouve la foi en la force du célibat continent pour tous… et un peu aussi la confiance aux personnes homosexuelles pour endosser ce dernier. Et pour l’instant, à échelle collective, cette foi et cette confiance sont loin d’être là, a fortiori dans le cœur des bons catholiques pratiquants et des cardinaux. Beaucoup s’insurgeront que par le célibat on ‘impose’ à une catégorie particulière de la population une solitude et un renoncement au couple jugés ‘inhumains’ ; d’autres, pour des motifs en apparence bien différents, s’offusqueront de voir que la proposition du célibat soit élargie à d’autres personnes qu’aux célibataires consacrés officiels, ou encore qu’il puisse être attribué aux personnes vivant la condition homosexuelle un chemin vocationnel spécifique. Même (et peut-être encore plus) dans le cas homosexuel, le célibat chaste apparaît comme une provocation énorme aux yeux de nos contemporains enchaînés à leurs pulsions et à leurs sentiments, et comme une injure à tous les célibataires consacrés qui ne le vivent ni complètement ni chastement. C’est pour ça que ça va certainement chauffer ! Mais j’ai foi au courage de notre Pape et des quelques bons cardinaux qui le secondent. Et s’ils ont besoin d’exemples vivants prouvant que la demande du célibat continent aux personnes homosexuelles est réaliste, humaine, joyeuse et sainte, je peux leur en fournir avec des amis de mon entourage ! Pas de souci !”

Philippe Ariño

 
 
 

Trois articles liés à celui-ci : Une pastorale spécifique ? + Le mépris ecclésial du traitement de l’hétérosexualité (attention danger !) + Le Synode ne veut pour l’instant pas annoncer la continence et la remplace pieusement par la chasteté

Pierre Démeron chez Jacques Chancel

Capture d'écran 2015-07-03 23.03.06

“Hétérosexuels et homosexuels sont des mots barbares, des qualificatifs dont se parent et s’accablent des hommes mutilés qu’on apprend ou qui s’apprennent à réprimer des envies parfaitement naturelles.”

Philippe Ariño citant Pierre Démeron, homosexuel de 37 ans, au micro de Jacques Chancel, dans l’émission Radioscopie sur France Inter, 3 avril 1969 (En revanche, dommage que Démeron se serve de sa juste remarque pour tenir le discours bobo relativiste anti-étiquettes et pour justifier la pratique homo tant qu’elle n’est pas nommée)

LMPT France, vous faites exactement ce que vous reprochez au gouvernement

Philippe-Ariño

“Le gros des militants LMPT s’offusquent en ce moment sur le fait que les membres de notre gouvernement interdisent la GPA sur notre territoire mais la régularisent quand même. Je leur réponds : ce n’est pas mieux que vous qui la régulariser également en ratifiant l’hétérosexualité, l’« amour homosexuel » et l’Union Civile, et en rendant ainsi caduque votre demande d’abrogation. Avant de chercher à ôter la paille dans l’oeil du voisin, si vous regardiez la poutre dans votre propre oeil ?”

Philippe Ariño