Prévisions météo pour la Manif Pour Tous du 5 octobre 2014

 

Prévisions météo pour la Manif Pour Tous du 5 octobre 2014 : passages nuageux, averses éparses voire même faible risque d’orages, à cause du frottement entre une masse nuageuse du front de gauche LGBT et du gouvernement socialiste – parlant principalement d’identité, d’amour, de mariage, de couples, d’homosexualité, d’hétérosexualité, de sexualité, d’homophobie, de solidarité (… et qui, je le rappelle, est contre le Gender, contre la PMA et la GPA, et pro-enfants, pro-familles… tout comme nous !) – et un courant d’air tiède (« Nous avons à la tête de la Manif Pour Tous des gens qui sont tièdes. » répète à deux reprises Farida Belghoul, et à raison), une vague qui simule d’être échaudée, et qui nous vient du sud-ouest de la France et de la région parisienne. Ce cumulonimbus rose, impressionnant quantitativement, est inconsistant au niveau des messages puisqu’il se calque exactement sur le discours de la masse d’air froid LGBT, excepté peut-être sur l’homosexualité qu’il se refuse encore et toujours d’aborder (encore que… au final, même le front gauchiste joue la même censure homophobe à ce propos). Les chefs de ce nuage rosé, et la majorité de leurs suiveurs, se bornent à s’enfermer verbalement et publiquement dans le trio PMAGPAGender, par peur de s’adapter au langage de ses contemporains, d’aborder les questions essentielles de la sexualité, de l’identité, et à fuir sur le terrain des conséquences d’une sexualité et d’une identité pour le coup non-explicitée.

 

En direct sur Twitter, à 13h30, le 1er octobre 2014

En direct sur Twitter, à 13h30, le 1er octobre 2014


 

Pour dimanche, au niveau des températures, toujours pareil. Même distribution des cartes (or je rappelle, au cas où, que ce ne sont pas les cartes et encore moins les joueurs qu’il faut remettre en cause mais le principe de distribution) : d’un côté, amour et homosexualité (= les piques et les trèfles LGBT qui se font passer pour les coeurs et les carreaux) ; de l’autre, PMA/GPA/Gender (les coeurs et les carreaux LMPT qui se font passer pour des piques et des trèfles, afin de rester raccord et fair-play avec les joueurs d’en face). Et le mariage, entre les deux = zappé par tous ! Et le débat social sur l’homosexualité = zappé par tous aussi ! Tiens, la « Manif du mariage zappé par tous » serait un nom parfait pour la Manif du 5 octobre ! Car oui, c’est bien sur ce commun accord de l’oubli du mariage que s’harmonisent tacitement dimanche prochain les pro-droits-LGBT et les contre-droits-LGBT. C’est bien sur ce silence commun sur l’homosexualité et l’hétérosexualité que les frères ennemis se retrouvent. Ils jouent exactement le même jeu. Et les deux camps vont au final pâlir de leur gémellité, de leur complicité mutuelle, de leur hypocrisie et lâcheté communes, avant qu’une poignée de militants qui se regardaient en chiens de faïence pendant le défilé dominical ne se bouffent le nez entre eux.

 

Et le nuage des manifestants tout de rose vêtus, numériquement vainqueur, mais concrètement encore et toujours perdant (même s’il se rassure en se disant qu’il aura quand même « bien bataillé » et qu’il a passé un « bon moment ») se dissipera peu à peu en fin de soirée, en laissant place à quelques jolies éclaircies diffusées par les lucioles et autres bêtes veilleuses, rattrapant in extremis le ratage de l’après-midi où collectivement on s’est donné l’illusion de lutter encore et toujours contre le « mariage pour tous » uniquement du fait qu’on a parlé des « conséquences du mariage pour tous », et que certains se sont risqués depuis deux semaines à parler clairement (mais pas de manière officielle ni sur les pancartes et les slogans publics : faut pas trop en demander non plus) de l’abrogation du « mariage pour tous ».

 

Oui : c’est flippant mais c’est pourtant vrai : LMPT, à cause de ses chefs et de leur manque de compréhension globale de l’Union civile et de l’homosexualité, ne s’est toujours pas (même depuis fin 2011) attaqué de front au « mariage homo » en lui-même. Elle s’est toujours rabattue sur les conséquences de celui-ci et sur l’enfant. Elle s’est toujours contentée de couper les excroissances sans chercher à couper la racine du problème. Elle s’auto-persuade encore aujourd’hui (schizophrénie, quand tu nous tiens…) d’avoir combattu et de continuer à combattre le « mariage pour tous », mais c’est faux. Combattre véritablement le « mariage pour tous » et le PaCS, ce n’est pas autre chose que combattre l’homosexualité et l’hétérosexualité.

 

LMPT restera donc en ce beau dimanche d’automne un nuage rose digne de ce nom : plein de bonnes intentions non-suivies des actes, plein d’implicites, et qui au fond a honte d’assumer clairement ce qu’il défend et ce qu’il pense. Au mieux il fera pschitt, au pire il fera des étincelles… car rien de pire qu’une foule qui ne sait pas pourquoi elle est là, qui ne s’assume pas, qui se fonde sur une exaspération, qui ne trouve pas ses mots pour s’exprimer efficacement, qui ne se reconnaît pas dans ses portes-paroles et qui se déçoit elle-même. Mais les étincelles ne seront pas bien méchantes. Il n’y a seulement orage que quand un nuage froid rencontre un nuage chaud. Tout au plus on verra des averses intérieures. Et comme cela s’achève souvent dans ces cas-là, il y a fort à prévoir une nouvelle « victoire » de l’Arc-en-ciel LGBT.

 

Pour finir, certaines bonnes volontés (et elles sont nombreuses du côté LMPT : il faut bien distinguer les manifestants de la tête du mouvement), se rendant compte que je ne suis pas un météorologue de bazar, se demandent : « Mais que faire ? ». Ils réclament à juste titre les vrais pères et les vrais mères qui incarnent (à leur insu d’humbles serviteurs) naturellement notre combat. Je leur répondrais : « À part Jésus, je ne vois pas trop. » Et pour ce qui est des chefs humains, qui me semblent les plus adaptés à notre combat (parce qu’ils allient Vérité et Charité comme ils peuvent), je ne vois que Tugdual Derville, Béatrice Bourges, Axel Rokvam et moi-même. Quid de Farida Belghoul ? Personnellement, quand je l’écoute en interview, je la trouve très précise, souvent percutante et juste. Le problème, c’est que son discours se cantonne (comme quasiment pour tous les porte-paroles sauf pour moi) aux conséquences de la loi Taubira. Farida est beaucoup moins précise et juste dès qu’elle se retrouve sur le terrain de la Loi Taubira en elle-même, donc sur les questions d’identité, de sexualité, d’homosexualité, d’amour, de foi… Et malgré les apparences, comme son discours n’englobe pas/n’embrasse pas l’intégralité du problème, eh bien sur la durée, il risque fortement d’engendrer des fuites douloureuses et violences, des frustrations, des quiproquos, des incompréhensions et des haines – par exemple à l’encontre des personnes homosexuelles -, d’allumer des incendies et des révoltes plus qu’il ne les calme. C’est fortement incomplet et dangereux de ne se centrer que sur l’enfant pour lutter contre le Gender et la loi Taubira (or, c’est exactement ce que fait Farida). L’enfant n’est d’ailleurs pas taillé pour servir de bouclier humain dans ce genre de combats. C’est fortement incomplet et dangereux aussi de se fonder sur la foi en l’Islam (aussi humaniste se présente-t-elle dans la bouche de Farida). Donc en conclusion, je dis : Farida, ok pour le discours sur les conséquences de la Loi Taubira (discours qui devrait déjà être porté avec poigne par les chefs de LMPT, mais qui malheureusement ne l’est pas : Farida a donc le courage de faire le boulot qui n’est pas le sien à la base : chapeau) ; mais méfiance à propos de son discours sur la Loi Taubira, qui est loin d’être au point.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *