Cathos Unis Contre l’Hétérosexualité. Un mouvement apoliticien et confessionnel assumé.

La Bête dans le Doodle Google de Fujita

 
Doodle Google de ce matin en l’honneur du styliste japonais Léonard Foujita. C’est extraordinaire comme on voit certaines étapes du processus alchimique et franc-maçon de la Bête réunies en un seul dessin : le chat / la maîtrise (mesure) / l’intellect (idées) / la ville (architecture) / la gravure (cryptage et encodage) / le textile (couture). Tout ce que j’ai écrit dans Homo-Bobo-Apo s’identifie nettement.

La bande-annonce luciférienne du Roi Lion 2019

 
Bon ben là, je crois qu’on a tout : Nouvelle Religion mondiale héliocentrique (culte luciférien du dieu solaire), naturaliste, animaliste, avec la Marque de la Bête (de l’Apocalypse) sur le front. On y est. On sera tous flattés comme des « Fils de la Lumière », des « Fils du Soleil » .
 

La Bête technologique à Toulouse

 
Juste hideux. Ça se passe pourtant dans la belle ville de Toulouse, défigurée pour l’occasion. Et ces processions païennes en l’honneur de la Bête technologique ne font que commencer (ce fut le même culte de masse l’année dernière à Ottawa). Les Humains oublient que les araignées ont vocation à rester petites.

La Bête technologique envahit nos écrans

 
Incroyable comme en ce moment, après les animaux, nos contemporains sont en train d’humaniser et de spiritualiser les machines, les robots, les objets (le fétichisme ou le matérialisme engendre un anthropomorphisme couplé au spiritisme), et donc de construire la Bête technologique. Hier, dans les épisodes 318-319 de la série Demain Nous Appartient sur TF1, pour cacher Timothée (le jeune autiste) dans un abri secret sans que la police ni sa famille ne le retrouvent, un groupe d’amis de ce dernier l’enferme dans un squat en acier, une ancienne usine désaffectée qui ressemble à un laboratoire alchimique ou à une cathédrale de tuyaux hantée. D’ailleurs, il s’y déroule plein de manifestations d’ordre paranormal : faisceau lumineux vivant, bougies, bruits bizarres de tuyauteries indiquant la présence d’une « chose », d’une Bête, d’une entité de lumière, d’un extra-terrestre, etc. D’ailleurs, la jeune Noor parle d’un « esprit » habitant les lieux. Timothée, pour la rassurer, présente cette bête-sans-nom comme nécessairement gentille parce que non-humaine (bonjour la misanthropie…) : « Quelque chose qui n’est pas humain ne peut pas te faire de mal. » La présence spirituelle qui habite la grande machine métallique, même si elle n’est pas humaine, communique avec les adolescents par la lumière, et semble veiller sur eux : « Quelqu’un nous aide, nous montre le chemin. C’est un chemin de lumière. Il faut suivre la lumière. » (Timothée) Ce chemin est électrique car même quand les lampes-torches des jeunes héros tombent en rade, l’esprit électrique allume irrationnellement des ampoules pour accompagner leurs déplacements dans le noir. On assiste, y compris dans les séries actuelles, à un retour en force de l’illuminisme spirite, mais dans sa version bestiale et technologiste. Bref : luciférienne. C’est […]

Qu’on ne me dise plus que la Bête de l’Apocalypse n’est pas l’hétérosexualité après le film « Chair de poule 2″…

 
Qu’on ne me dise plus que la Bête de l’Apocalypse n’est pas l’hétérosexualité (culte de la diversité en soi), après le film « Chair de poule 2 » où l’on voit les nounours multicolores attaquer les Humains…
 
Je vous renvoie à mes trois articles expliquant le concept de Bête-Hétérosexualité : article 1, article 2 et article 3.

Mise en garde contre le discours hétérosexuel de l’astrophysicien Aurélien Barrau

 

 
Le site CUCH (Catholiques Unis Contre l’Hétérosexualité… autrement dit contre le Dieu « Diversité ‘naturelle’ ») va reprendre certainement du service, étant donné l’actualité brûlante et le contexte international passionnant qui nous incombent. En ce moment, la Bête de l’Apocalypse, et notamment la Bête verte (on m’a offert précisément hier le livre d’Éric Bart Le Sacre du Dragon Vert ; et mes études sur Joséphine ange-gardien me font rencontrer de plein fouet l’électricité verte ainsi que la Bête verte !), est de sortie, au nom de l’hétérosexualité d’une part, et de l’instinct (de survie « urgent ») qui agite la population mondiale en panique d’autre part.
 

 
Je voudrais vous mettre en garde contre une figure de faux prophète qui actuellement plaît beaucoup aux bobos occidentaux francophones, avec ses airs de gourou christique, mi-transsexuel mi-cadavérique : je veux parler de l’astrophysicien Aurélien Barrau. Il ne sera pas le premier ni le dernier lanceur d’alertes à jouer les consciences de l’Humanité « non-catastrophistes et responsables », les éveilleurs de consciences « s’imposant par nécessité et non par intérêt personnel », les altruistes absolus. Mais il faut que vous le connaissiez, ne serait-ce que pour comprendre l’hétérosexualité et la Bête de l’Apocalypse.
 

 
Quel est son discours ? Aurélien Barrau (le bien nommé) veut appliquer une dictature – éclairée, concertée collectivement, mais qu’il présente finalement comme incontournable – de l’écologie. Son discours antispéciste (qui aligne l’animal et la Nature sur l’Homme) et naturaliste (culte de la Nature physique, y compris cosmique) est particulièrement hétérosexuel et totalitaire, puisqu’au lieu de placer Jésus (et son corps mystique et humain incarné : l’Église Catholique) comme principale et seule solution à la déréliction planétaire que nous vivons, il célèbre (la préservation de) « la […]