Cathos Unis Contre l’Hétérosexualité. Un mouvement apoliticien et confessionnel assumé.

Hétérosexualité : un désir consommateur et qui consume

“Ce qu’on nous vend derrière le terme d’hétérosexualité n’est rien d’autre qu’un produit de consommation. C’est un désir qui consomme et consume un désir qui possède sans rechercher le don réciproque. L’hétérosexualité, c’est l’homme et la femme objets, c’est l’instrumentalisation de la différence des sexes en lutte des classes, c’est le divorce, les enfants traités comme indésirables ou comme monnaie d’échange (bref tout ce que les lobbies LGBT reprochent à juste titre aux « hétéros »).”
Vincent Rouyer

Le travestissement diabolique de la différence des sexes en « hétérosexualité »

“Ça m’est venu récemment en Italie, juste avant ma conférence de Vérone, le 14 mai 2015. L’idée que le diable, qui a pour projet secret de détruire la différence des sexes qui le distingue des êtres humains et de Dieu qui s’est incarné en eux (c’est là son drame!), a décidé de ne pas s’attaquer à elle frontalement, mais plutôt par deux moyens détournés apparemment positifs : soit l’instrumentalisation de l’amitié – ce détournement se nomme l’homosexualité -, soit le travestissement de la différence des sexes – satan se fait passer pour celle-ci en la forçant à être deux fois ce qu’elle est, à travers un nouveau nom de baptême, redondant, « hétérosexualité », mot que beaucoup de gens vont mondialement prendre pour elle. Et ça marche, visiblement. Quasiment tout le monde considère l’amitié homophile comme de l’amour, ainsi que l’hétérosexualité comme la différence des sexes. Alors que dans le réel, l’amitié n’est pas l’amour. Et la différence des sexes ne se trouve que dans la sexualité. La contrefaçon a marché.”
Philippe Ariño

La validation nantaise de la GPA

“Ceux qui hurlent pour la validation nantaise de la GPA sans avoir dénoncé l’Union Civile ni laissé parler d’homosexualité sont des menteurs et des insensés (les leaders LMPT en première ligne).”
Philippe Ariño

Est-ce si difficile à comprendre?

“Pourquoi ce serait si dur de comprendre que l’hétérosexualité ce n’est pas la différence des sexes? que le lobby LGBT n’est pas le lobby homo mais bien le lobby hétéro (gay friendly)? que le mariage pour tous n’est pas autre chose que l’Union civile? que la croyance en l’ « amour homosexuel » est le fondement et la réalité intentionnelle-symbolique de l’Union civile ainsi que du mariage pour tous? Pourtant, je ne parle pas chinois et je n’emploie même pas des mots compliqués…”
Philippe Ariño

Le prochain qui invoque la « liberté d’expression » pour se justifier, je le…

“L’Église n’a jamais, je crois, défendu la « liberté d’expression ». Elle a seulement défendu la « liberté dans la Vérité-Charité ».”
Philippe Ariño

L’aveuglement de beaucoup de cathos sur l’homophobie

“Il y a tant de gens, surtout parmi les cathos et les pro-famille, qui méprisent le mot « homophobie » et refusent d’y réfléchir parce qu’ils le prennent pour une accusation infondée ou une personne de mauvaise foi, alors qu’il ne renvoie qu’à un désir et à des actes parfois réels : souvent un viol, une insulte, une agression, un suicide. C’est désastreux, cet aveuglement. Pourtant, j’ai longuement expliqué ce qu’elle est, c’est-à-dire pas qu’une insulte ni un mot piégé. (Moi, dès que je qualifie un acte ou une réaction d' »homophobe » – parce que tel est le cas -, on me rit au nez et on me prend pour un complotiste parano narcissique pro-Gender… On aura tout vu!^^)”
Philippe Ariño

Quand comprendrons-nous que le Gender c’est l’hétérosexualité ?

“Vous dites que vous êtes contre le Gender? J’ai envie de vous dire : Mais on s’en tape ! Tant que vous n’aurez pas compris que le Gender s’appelle « Queer » quand il est valorisé artistiquement, et « hétérosexualité » quand il est invisibilisé et justifié socialement, nous n’avancerons pas. Et rien ne servira d’en déplorer les applications et les conséquences. Le Gender, ce n’est pas juste une idéologie extérieure à nous. Il est mauvais surtout parce que nous le cautionnons en défendant l’hétérosexualité et que nous ne n’analysons pas celle-ci.”
Philippe Ariño

Vers un pronom sexuel « neutre »

“Vers un pronom sexuel neutre… Mais jusqu’où une société peut-elle aller dans l’auto-construction, l’autosuffisance et le refus de toute donnée du réel ? Le subjectivisme constructiviste poussé à l’absurde avec en prime le déni de souffrance dont on préfère rendre la société responsable plutôt que d’avoir à l’assumer. J’ai connu jadis une jeune fille qui se prenait pour un chat et voulait qu’on la traite comme tel. Aurait-il fallu lui donner du ronron ou des croquettes sous prétexte de respect de sa liberté ?”
Vincent Rouyer

Non, je ne suis pas copte

“J’ai vraiment du mal avec cette mode collective des « JE SUIS… ». Non pas que nous n’ayons pas d’identité propre à défendre. Mais avant de se définir et ensuite d’afficher ce que nous croyons être à la face de la Terre, ne serait-il pas plus juste de prendre le temps de savoir qui nous sommes ? Celui qui EST vraiment qui il EST n’a pas besoin, au départ, de le dire : il EST et il FAIT, tout simplement. Le problème du « JE SUIS… » actuel, c’est qu’il dit qu’il est, avant de faire, et parfois même au lieu de faire ! Désolé, mais personnellement, je ne suis ni Charlie, ni un Homosexuel, ni Copte, ni Chrétien d’Orient (quand bien même les Chrétiens d’Orient soient mes pères dans la foi). Un peu de distance, de respect et de retenue, merde ! D’autant plus que les gens que je vois énoncer « JE SUIS CHARLIE », « JE SUIS COPTE », « JE SUIS CHRÉTIEN D’ORIENT », « JE SUIS CRISTEROS » ou encore « THE VOICE ou VACHE-QUI-RIT », etc., sont justement des personnes qui n’ont en général que peu de personnalité, qui se radicalisent derrière un masque (combien de contacts je vois se servir du massacre des Chrétiens au Nigéria, en Égypte et en Syrie, pour abriter et justifier leur vote FN en ce moment !), qui peuvent être extrêmement sectaires, qui n’ont pas fait ce travail de connaissance de soi et de compréhension qu’elles ne sont pas les autres, et pas davantage les victimes auxquelles elles s’identifient pour s’inventer un combat ou une raison victimisante de devenir bourreaux.”
Philippe Ariño

Croquer son doigt à la place du pain, est-ce diabolique?^^

“Plutôt que de tuer l’être humain de ses propres mains, le diable a trouvé un meilleur moyen pour opérer son homicide et s’assurer dans le même temps discrétion et innocence : faire tuer l’Homme par Lui-même. Comme ça, personne ne l’incriminera lui ; et il sait qu’en confiant cette tache à l’Homme, celui-ci se révoltera moins, voire ne se révoltera pas du tout (beaucoup de suicides sont muets). Vous savez comment m’est venu ce raisonnement ? En allant acheter tout à l’heure ma baguette de pain. Accidentellement, au lieu de croquer dans le pain, je me suis mordu l’index. Je n’ai même pas crié, alors que je me suis fait mal. J’aurais certainement eu plus mal et grossi ma souffrance si j’avais été mordu par quelqu’un d’autre. Le mal qui vient de soi-même fait moins mal, passe mieux, ne nous pousse pas à la révolte. Alors que le mal qui vient d’un autre est plus visible, criant et est plus vite dénoncé. Ça, le diable l’a parfaitement compris. Il nous a donc confié le soin de notre propre souffrance et de notre mort, pour mieux passer inaperçu.”
Philippe Ariño