Philippe-Ariño

“Plutôt que de tuer l’être humain de ses propres mains, le diable a trouvé un meilleur moyen pour opérer son homicide et s’assurer dans le même temps discrétion et innocence : faire tuer l’Homme par Lui-même. Comme ça, personne ne l’incriminera lui ; et il sait qu’en confiant cette tache à l’Homme, celui-ci se révoltera moins, voire ne se révoltera pas du tout (beaucoup de suicides sont muets). Vous savez comment m’est venu ce raisonnement ? En allant acheter tout à l’heure ma baguette de pain. Accidentellement, au lieu de croquer dans le pain, je me suis mordu l’index. Je n’ai même pas crié, alors que je me suis fait mal. J’aurais certainement eu plus mal et grossi ma souffrance si j’avais été mordu par quelqu’un d’autre. Le mal qui vient de soi-même fait moins mal, passe mieux, ne nous pousse pas à la révolte. Alors que le mal qui vient d’un autre est plus visible, criant et est plus vite dénoncé. Ça, le diable l’a parfaitement compris. Il nous a donc confié le soin de notre propre souffrance et de notre mort, pour mieux passer inaperçu.”

Philippe Ariño