À la personne écolo, défendant ses « amis les animaux », et appelant à donner de l’argent à la SPA (par exemple par une collecte de fonds sur Facebook pour une cause qui lui tient à coeur : sorte de chéque-cadeau solidaire et intelligent), je dirais volontiers ceci : « Tu ne crois pas qu’il y a d’abord des Humains à sauver avant les animaux (sachant que ce sauvetage des Humains contribuera par ricochet à un sauvetage des animaux… puisque ce sont bien certains Humains laissés à l’abandon qui ensuite maltraitent les animaux) ? » Petit problème de confusion des priorités… et surtout, de compromission avec la Bête de l’Apocalypse.