Il y a un truc qui me sidère chez Macron : c’est sa vision désincarnée de l’Humain. Il est capable d’un côté de verser dans l’anthropocentrisme personnaliste (« la Personne » et l »Humain avant tout) et tout de suite après de dire que des personnes ne sont « rien » ou « des monstres », comme le démontre son discours du 7 mars 2018.