Ça suffit de se planquer derrière le mythe de l’unité

 

Dans notre propre camp, c’est une illusion de croire que, parce que nous luttons contre le mariage gay, nous défendons la même chose (« l’intérêt supérieur de l’enfant » ; « le droit d’un enfant d’avoir un père et une mère » ; « le droit d’un enfant à être élevé par ses deux parents biologiques » ; etc. etc. : toutes ces conneries typiquement hétérosexuelles qui rejoignent au fond le discours des pro-mariage gay). Je l’avais déjà expliqué dans mon article « Le Beauf LMPT » qui illustrait ce mirage de « l’unité » ou de la diabolisation paranoïaque de la « division ».

 

Non. Nous n’avons pas à défendre la famille en soi. Non, nous ne défendons pas la procréation naturelle en soi, la filiation naturelle en soi. Non, nous ne défendons pas le mariage en soi. Non, nous ne défendons pas la différence des sexes en soi. Non, nous ne défendons pas l’hétérosexualité. Non, nous ne défendons pas le fait qu’un enfant ait le droit à avoir un père et une mère (il en a de fait ! Et ils peuvent être là physiquement sans que ce soit une réussite).

 

Personnellement, je ne défends que les familles aimantes, la différence des sexes couronnée par l’amour. Un enfant n’a droit qu’à un père et une mère QUI S’AIMENT.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *