« Le problème, c’est qu’on a perdu le sens des mots » n’est pas un argument

 

Ceux qui me disent que le majeur problème du « mariage pour tous » réside principalement dans la confusion lexicale entre le mot « mariage » et le mot « Union Civile/Alliance », et plus globalement dans la corruption du vrai sens des mots par le nominalisme, ne vont pas jusqu’au bout de leur raisonnement et ne répondent que superficiellement au problème. Car ils ne nomment pas autour de quel concept idéologique cette confusion se concrétise mentalement, politiquement, légalement, spirituellement, à savoir l’hétérosexualité. OK, on peut disserter longtemps sur l’importance des mots, de la Vérité, sur les dangers du mensonge ou des idéologies quelles qu’elles soient. Mais si on ne nomme pas explicitement cette idéologie, si on ne nomme pas le mal, on les laisse courir ! Et c’est parce que la plupart des cathos cautionnent l’hétérosexualité en la confondant avec la différence des sexes, que leur discours sur l’Union Civile et sur le ‘mariage pour tous », ainsi que sur la fusion des deux, est contradictoire et complice de l’idéologie nominaliste qu’ils condamnent. « Le problème, c’est qu’on a perdu le sens des mots » ou « Le problème, c’est qu’on se retrouve face à une idéologie totalitaire (qui nie l’Humain) » ne sont pas des arguments.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *