Quand Manuel Valls dit que les votants FN n’aiment pas la France…

 

Je tombe par hasard sur un fil de discussion Facebook d’une amie. Elle raconte sa rencontre touchante avec deux retraités roublards qui profitent financièrement du système d’aides sociales de notre État-Providence parce qu’ils se présentent à Lui comme des vieux sans ressource. Ils étaient tout fiers de lui dire qu’en France, il vaut mieux se présenter en victimes à assister et saigner le pays pour recevoir de l’argent plutôt que d’essayer de s’en sortir et de dire la vérité sur sa situation matérielle.
 

L’une des contacts de cette amie passe du coq à l’âne et embraye sur la défense du FN (Visiblement, ça la démangeait !). Ma capture d’écran a mangé une part du message de celle-ci, pour qu’on ne voie pas qui l’a écrit, par souci d’anonymat et par respect pour cette femme (intégralement, il disait ceci : « C’est un acte de résistance qui tient la route, comme de voter LePen pour dynamiter le système. Moi je suis pour tout dynamiter, cette fausse démocratie dans laquelle je me sens enfermée ne me convenant plus du tout du tout. Je ne ferai rien de gaieté de coeur, mais je ferai tout ce que je peux pour que le système s’éfondre rapidement. »)
 
Capture d'écran 2015-03-04 10.23.53
 

Non voyons, le FN n’est pas du tout un parti de haine qui serait fondé sur le mécontentement, la solution par défaut et la soif de destruction ! Quand Manuel Valls dit que les votants FN n’aiment pas la France, il a raison (pour une fois qu’il ne raconte pas de connerie…). Ils attendent qu’elle pète, qu’elle implose, qu’elle se délabre sans lui prêter assistance, exactement comme beaucoup de populations issues de l’immigration d’ailleurs. Ils se réjouissent de sa chute. Juste pour la maigre satisfaction de justifier leur désespérance, leur cynisme destructeur, leur future tentative de coup d’État : « Vous voyez, je vous l’avais bien dit… » Ce n’est pas le « Front National » qu’il mériterait de s’appeler, mais bien le « Front Anti-National ».

 

P.S. : Celui qui cherche à détruire un pays se base toujours sur une vision passéiste et enjolivée du « pays de ses rêves » qu’il défend. Je ne doute pas des bonnes intentions patriotes des électeurs du FN : j’ai bien dit que je doute de leur amour réel de leur pays réel. Certains en sont même à désirer l’avènement d’une guerre civile. Drôle de déclaration d’amour patriote…
 
Capture d'écran 2015-03-04 15.30.30
 

P.S. 2 : Je vous renvoie à cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *