Voilà. Si je devais résumer le boboïsme catho actuel, je dirais que c’est ça : on transforme l’apôtre en « manager », en « entrepreneur », en commercial, en consultant, en « communicant ». Le truc insupportable.