Je suis votant FN… euh pardon, je suis royaliste.

 
En ce moment, le militant FN fleurit. Encore tapi dans l’ombre – mais plus pour très longtemps –, il s’autorise maintenant beaucoup d’excès (verbaux, physiques), parce qu’il a envie de jeter l’éponge et de démissionner de son époque, parce qu’il a envie de grand changement radical et brutal, parce que c’est le bordel et le flou croissant en France, parce que le mécontentement se généralise (et le FN a toujours eu pour fond de commerce la peur, le ras-le-bol sans forme et les frustrations humaines). Fini le temps où il ruminait en silence sa rancœur, son exaspération, ses peurs, sa colère, et sa déception de tout, de la politique surtout, de l’Église vaticane un peu, du Monde contemporain globalement. Maintenant, il se lâche, et surfe sur toutes les vagues de l’anti-conformisme anti-étatique anti-République anti-médias : les élections du Doubs, la Syrie et l’Ukraine, l’indigence et la violence du courant « Je ne suis pas Charlie », le soutien à Poutine, la lutte contre l’euthanasie, la dénonciation de l’anti-terrorisme gouvernemental, les crèches et la christianophobie, etc.
 
Et il se fera un plaisir de sauter à la gorge du premier cas de crétin anti-F-Haine qui se présentera à lui (et Dieu sait s’il y en a en ces temps de guerre civile larvée entre « intégristes » et « progressistes »). Il se l’inventera, même, ce crétin ! Il le verra partout, grossira son influence, se gaussera de ses imprécisions lexicales ou argumentatives (confusions entre « xénophobie » et « racisme », ou « FN » et « extrême droite » voire « intégrisme », etc.), pour se justifier de répondre à sa violence par une violence décuplée, supposée inférieurement proportionnelle à la première. « L’Esprit Charlie », ça […]