(Cet article est publié en espagnol sur le site Forum Libertas. Voici le lien.).
 

1, 2, 3, Hipnotízame


 

En voyant le succès croissant des idées de la Franc-Maçonnerie dans le monde, et la manière dont ce collectif se sert de la bipolarité homosexualité-hétérosexualité pour clouer le bec à tout le monde et lui imposer sa conception de l’Homme tout-puissant sans lui donner l’impression d’être franc-maçon, je me suis dit qu’il fallait absolument que je propose au Forum Libertas un article sur le lien homosexualité-Franc-Maçonnerie car ce dernier n’est jamais étudié sérieusement et j’ai beaucoup de clés utiles à vous donner. En plus, sous un angle non-conspirationniste et apaisé.
 

Je trouve que l’Espagne et l’Amérique Latine sont aussi infestées et ignorantes à ce sujet que la France : leurs derniers articles évoquant la possible connexion entre la Franc-Maçonnerie et l’homosexualité datent de 2007 et sont bourrés de caricatures qui ne nomment pas le vrai problème, voire même qui le nourrissent. Tout simplement parce que, sous l’influence insidieuse de l’esprit du monde, elles ont confondu, à l’instar de la France, la différence des sexes et l’hétérosexualité (qui est une différence des sexes forcée et sans amour).
 

Nulle ironie, donc, dans le choix du titre de mon article. Je suis très sérieux. En défendant l’hétérosexualité en tant que différence des sexes ou sexualité, ou en ne la dénonçant pas, ou en méprisant le mot « hétérosexualité » et son analyse, nous rentrons dans le principal piège de la Franc-Maçonnerie : le travestissement de la différence femme-homme en hétérosexualité est la contrefaçon la plus ingénieuse que la Franc-Maçonnerie ait trouvée depuis sa création institutionnelle en 1717 pour gommer l’Humain et le Christ.
 

Espagne, terre franc-maçonne ?

À première vue, on ne peut pas dire que l’Espagne soit à proprement parler un « fief majeur de la Franc-Maçonnerie ». Il y a officiellement 2,3 millions de maçons dans le monde, dont les 2/3 se concentrent dans le monde anglo-saxon, et dont 1,3 millions se trouvent aux États-Unis. On dénombre 170 000 francs-maçons en France, 300 000 dans le continent sud-américain (60 000 à Cuba, 24 000 en Bolivie, 15 500 au Chili)… et « seulement » 4500 en Espagne !
 

Pourtant, ce que nous devons bien comprendre, c’est que la Franc-Maçonnerie ne se réduit pas aux personnes officiellement initiées. La Franc-Maçonnerie, en réalité, c’est avant tout et surtout les idées. C’est l’influence plus que la carte du « parti » ou l’adoubement. Bien sûr, les loges, en tant que société secrète et centres de décision, ont leur importance. Mais le plus grand de leurs pouvoirs, c’est l’adoption de leurs idées par des gens qui ne s’identifieront jamais francs-maçons voire qui se croient ennemis de la Franc-Maçonnerie (Oui, les mouvements « ultra-catholiques » pro-Vie, c’est à vous que je parle !)
 

Et là, au vue du partage des idées francs-maçonnes – centrées sur l’anticonformisme et la liberté absolus, sur la destruction de la différence des sexes (ou sa sacralisation nataliste !) et sur la destruction de la différence Créateur-créatures (l’Église) (ou sa sacralisation ritualiste pharisienne !), et utilisant l’homosexualité comme bouclier rose pour cacher/justifier cette destruction -, on peut très vite remarquer qu’en Espagne et en Amérique Latine la Franc-Maçonnerie s’est confortablement et largement installée dans les mentalités. Et pas seulement chez les gens dit « de gauche ».
 

D’emblée, quand on dit « Franc-Maçonnerie », il est facile de penser spontanément aux lobbys gauchistes ou socialistes. Et en effet, il n’échappera à personne que – et je le dis sans me victimiser – que ma venue au Café Youcat à Barcelone a prouvé que la majorité des députés gauchistes de la Generalitat étaient francs-maçons, que les médias mainstream de la gauche-caviar travaillent massivement à la diffusion des idées francs-maçonnes, que certains journaux bobos espagnols essaient même de faire passer à l’heure actuelle les maçons pour des héros persécutés depuis la nuit des temps, et que la percée de la Franc-Maçonnerie – dans un pays comme l’Espagne où elle semble marginale – a été d’une étonnante précocité et violence en particulier sous le gouvernement socialiste de Zapatero en 2002. Et pourtant, la Franc-Maçonnerie – et là c’est moins évident – s’est aussi largement imposée dans les rangs catholiques, de droite ou d’extrême droite, dits traditionnels et conservateurs, et anti-Franc-Maçonnerie sur le papier. Qu’est-ce qui me permet de l’assurer ? Le positionnement – silencieux et complaisant – des gens d’Église et de l’extrême droite par rapport à l’homosexualité : ils sont quasiment tous en faveur de l’Union Civile, ont confondu la différence des sexes en pensant qu’elle s’appelle « hétérosexualité », et refusent d’entendre parler d’homosexualité.
 

Homosexualité et Franc-Maçonnerie, le lien évident (ignoré même des Francs-Maçons !)

J’ai rencontré énormément de connaissances et d’amis homosexuels dans la Franc-Maçonnerie… même si eux tentent de cacher leur double vie, voire même ignorent cette double appartenance. C’est presque comique tellement c’est flagrant et invisible à la fois !
 

Constat de terrain : en Franc-Maçonnerie, il n’y a quasiment que des personnes homos ou des personnes qui se croient « hétéros gays friendly ». Je n’ai pas eu besoin d’avaler la légende noire anti-maçonnique élaborée par les sites internet conspirationnistes qui veulent diaboliser la Franc-Maçonnerie et la transformer en « mafia gay secrète » pour que ça me saute aux yeux. Vous me croyez si vous voulez, mais si la Franc-Maçonnerie a tout l’air d’un repaire homosexuel, ça se fait à l’insu des francs-maçons eux-mêmes, qui ne se doutent de rien (sauf bien sûr à la tête de leur secte « laïque », où là l’orientation homosexualiste semble carrément décidée). Le rapprochement homosexualité-Franc-Maçonnerie s’est fait tout naturellement dans mon esprit, par mes observations de terrain et par mes rencontres concrètes avec certains membres des Loges. Il a suffi que je me rende à quelques réunions publiques (pourtant très éloignées des rituels maçonniques internes), à des expositions et des lieux de la Franc-Maçonnerie, pour constater tout seul que j’y retrouvais des gens homosexuels que j’avais croisés dans un tout autre contexte : ledit « milieu homo » !
 

L’homoérotisme est constitutif de la Franc-Maçonnerie post-moderne. Jusque dans ses piliers idéologiques. On y observe une féminisation des Hommes, une asexualisation et une homosexualisation de plus en plus assumée de la Franc-Maçonnerie dans son ensemble. Le vieil avocat franc-mac anglais Albert Pike (1809-1891) n’est pas le premier à avoir décrit la place importante des rapports homosexuels dans la Franc-Maçonnerie, mais également des orgies bisexuelles/libertines/lucifériennes. Dès les origines de la Franc-Maçonnerie historique, du temps des Cathares (entre le Xe et XIVe siècle) et des Templiers, il y avait énormément d’homosexualité…
 

Federico García Lorca


 

Actuellement, les Francs-maçons du monde entier font de plus en plus ouvertement leur coming out (sortie du placard pour annoncer leur homosexualité). Par exemple, la revue française Têtu, en mai 2013, a carrément offert une tribune aux francs-maçons homosexuels. De plus, il suffit de regarder la double vie des francs-maçons relativement présents sur la scène publique pour comprendre que l’hybridité homosexualité-Franc-Maçonnerie n’est ni accidentelle ni marginale. Parmi les plus connus, je citerai le Comte de Sade (1701-1767), Choderlos de Laclos (1741-1803), Cambacérès (1753-1824), Oscar Wilde (1854-1900), Rudyard Kipling (1865-1936), Érik Satie (1866-1925), Aleister Crowley (1875-1947), Pierre Molinier (1900-1976), Pierre Klossowski (1905-2001), Jean Markale (1928-2008), Jack Lang (1939), Michel Chomarat (1948), Olivia Chaumont (1950), Ludovic Marcos (1951), Jean-Paul Donald Potard (1953), Philippe Villin (1954), Patrick Négrier (1956), Joseph Macé-Scaron (1958), Christophe Chantepy (1959), Dominique de Souza-Pinto (1960), Laurent Kupferman (1960), Mylène Farmer (1961), Daniel Borrillo (1961), Sébastien Fath (1968), Vincent Petitet (1972), Nicolas Fraisse (1982), Kévin Gagneul (1983-2015), Miley Ray Cyrus (1992), etc. Parmi les francs-maçons homosexuels espagnols connus, on trouve par exemple Agustín Xaho (1811-1858), Federico García Lorca (1898-1936, l’icône gay par excellence défendue par les bobos espagnols), Pepe Rodríguez (1953), etc. Les Enfants de Cambacérès est la loge maçonnique gay-friendly officielle des personnes homosexuelles du monde entier, et fut fondée en 1999. Par ailleurs, sur les réseaux sociaux, les blogs d’inspiration ésotérique, dans les universités, sur les sites de rencontres, il est étonnant de voir fleurir l’association homosexualité-maçonnisme.
 

Pourquoi homosexualité et Franc-Maçonnerie se marient si bien ? Comme la Franc-Maçonnerie célèbre tout ce qui lui est montré comme un « progrès humain » et une « liberté », comme c’est le cas mondialement avec la bisexualité, il est logique qu’elle applaudisse en coulisses l’homosexualité. Les francs-maçons qui ne sont pas (encore/tous) homosexuels en pratique se montrent en tout cas très hargneux pour défendre l’homosexualité, l’Union Civile (PaCS), le « mariage gay », la PMAGPA, l’euthanasie et leurs « amis » homos. L’homosexualité fait partie d’une des étapes-clé inconsciente du programme maçonnique pour la divinisation/l’amélioration/l’homicide de l’Homme par Lui-même. Plus que « l’homosexualité » en tant que mot explicitement employé, c’est la bisexualité pratiquée et innommée qui est l’horizon et le fer de lance de toute la Franc-Maçonnerie. Je suis persuadé que beaucoup de francs-maçons, pris dans la spirale optimiste de leur idéologie païenne idéaliste de l’amélioration de l’Humanité par Elle-même, ne se doutent même pas qu’il y a de l’homosexualité, de l’asexuation, du libertinage et de l’homicide dans leur mouvement. Ils sont de « bonne » foi, pour la plupart, et victimes de leur propre (in)crédulité.
 

Pour cacher l’accointance homosexualité-Franc-Maçonnerie (mais aussi parce que le diable est suffisamment rusé pour, dans sa promotion de l’homosexualité, faire passer cette dernière pour l’hétérosexualité, et également pour associer libertinage ET ascèse, bisexualité ET asexualité… ce qui brouille l’esprit de beaucoup de Francs-maçons qui les voient comme des contraires incompatibles), les maçons s’y prennent de différentes manières :

– soit ils s’appuient sur la caricature complotiste et semi paranoïaque du « lobby gay » fomentée par leurs adversaires d’extrême droite. Et cette ruse marche bien puisque les anars soi-disant « catholiques » n’ont toujours pas compris que le « lobby gay » n’était que le « lobby hétérosexuel » prônant l’asexualité sentimentale libertine sans étiquette.

– soit ils s’appuient sur les rares exemples médiatiques d’homophobie dans leurs rangs… genre « Vous voyez, on n’est pas tous gays friendly ! On a nos cons utiles à la maison ! ». En réalité, les francs-maçons vieillissants et homophobes sont pointés sévèrement du doigt par les maçons Nouvelle Génération. La très grande majorité des francs-maçons sont pro-gays et soutiennent le mariage homosexuel, même s’ils ont interdiction de l’avouer.

– soit ils profitent de la distinction (invérifiable) entre homosexualité latente et homosexualité pratiquée (silencieusement), ou bien entre bisexualité et simple soutien gay friendly (maquillé en « hétérosexualité »).

– soit ils jouent le jeu de l’auto-censure. En intentions (mais pas dans les faits), les francs-maçons s’interdisent d’intervenir dans le champ politique public. Ils ne peuvent donc absolument pas se voir comme un « lobby », encore moins comme un « lobby gay » ou un « parti politique » ou comme la mafia secrète qui le soutiendrait. Le secret – ou plutôt le déni, ici, puisque le secret n’est pas lié à la Vérité – est la pierre angulaire de leur mouvement. Les francs-maçons sont persuadés (mais vraiment !) qu’ils ne font pas partie de la politique ni des médias, sous prétexte qu’ils l’ont décidé, ou qu’ils se disent anti-médias, ou qu’ils seraient indirectement liés à eux. Alors que dans les faits, c’est totalement faux : ils travaillent désormais de très près avec les médias mainstream et les puissants de ce monde.
 

L’homosexualité continente est une boule de cristal pour observer le monde et l’Église tels qu’ils sont, et débusquer la Franc-Maçonnerie. Vraiment. J’en suis le premier étonné ! Actuellement, quand je rencontre une personne homosexuelle, souvent je découvre qu’elle est franc-maçonne (gradée) ou franc-maçonne non-officielle (au niveau des idées, de la pratique New Age, de son soutien à un athéisme spiritualiste). Et quand je rencontre une personne franc-maçonne (sans même qu’elle ne me l’avoue, car un franc-maçon ne dit presque jamais qu’il l’est), je vois qu’elle est soit gay friendly, soit carrément homosexuelle comme moi. Il suffit que je lui demande son opinion sur l’homosexualité, ou que j’écoute son discours fondé sur l’auto-réalisation de soi (les francs-maçons emploient généralement deux lexiques : l’architecture et la lumière), pour avoir la réponse. C’est pourquoi j’ai désormais une très bonne connaissance de la franc-maçonnerie grâce à mes études sur l’homosexualité.
 

Nicolas Fraisse


 

Le 25 mars dernier, dans l’émission Salut les terriens sur la chaîne française C8 que je ne regarde jamais, j’ai entendu le témoignage de Nicolas Fraisse, un homme de 32 ans qui vit des « sorties de son corps » depuis l’enfance. Rien qu’en l’écoutant, j’ai deviné qu’il était à la fois homosexuel et franc-maçon… ce qui s’est révélé vrai ! Il a fait son coming out en direct sur le plateau, et la maison d’édition de son livre Voyage aux confins de la conscience, Trédaniel, n’édite que les auteurs francs-maçons (Jacques Ravenne, Éric Giacometti, etc.) et/ou homos (Laurent Kupferman, etc.). Je soupçonne fortement ce jeune trentenaire homosexuel, tout gentil et lucide soit-il, d’être malgré tout sous l’emprise d’une entité surnaturelle luciférienne, d’être au service d’un holisme/monisme antéchristique et maçonnique, parce qu’il ne connecte pas son talent à un don ni à Jésus, mais simplement à une énergie tellurique sans nom, à une capacité universelle décorporéisée, déchristianisée et animiste.
 

Il faut savoir que les francs-maçons pro-homosexualité misent tout sur l’effacement de la frontière entre matière et conscience individuelle. Ils mettent en place, comme le dénonce le père Verlinde (LA référence française en matière d’exorcisme), le chanelling, c’est-à-dire la connexion entre l’être humain et une entité d’une autre dimension. Nicolas Fraisse, et tant d’autres adeptes du New Age (reiki, radiesthésie, shiatsu, magnétisme, magie, etc.), vit certainement des sorties de soi avec projection astrale, en général facilitées par la drogue ou la méditation transcendantale très intensive ou les égrégores ou les chaînes d’Union (chaînes très pratiquées dans les cercles maçonniques, comme le signalent d’anciens francs-maçons comme Serge Abad-Gallardo) : l’idée, c’est de « rencontrer » des esprits des mondes intermédiaires (très probablement des anges démoniaques) qui finissent par nous demander au bout de plusieurs expériences de séduction de rentrer en nous. Ils nous font croire que nous sommes dotés de certaines capacités pour nous emmener plus loin. La suite est évidemment la possession diabolique. La conséquence d’un non-retour est un état végétatif du corps qui survit mais dont l’esprit est prisonnier ailleurs : plus de regard présent, ni de gestes, ni de paroles. Les yeux peuvent rester ouverts, la personne ne répond plus.
 

À mon avis, on va voir se multiplier de plus en plus ce genre de témoignages médiatiques comme celui de Nicolas Fraisse, car la croyance en la divinité de la conscience humaine, divinité qui sera reconnue et qui ne sera malheureusement pas attribuée à Jésus mais simplement à la « capacité » humaine, à la connaissance (gnose) humaine/naturelle, à la disposition d’esprit de chaque être humain à orienter son cerveau vers le Cosmos et vers la matière conscientisée, se répand comme une trainée de poudre. Et avec elle, la croyance moniste en la réincarnation, en la télépathie, en l’omniscience, en un corps angélique et pas uniquement humain (qui pourrait s’incorporer dans les plantes, les animaux, les montagnes, les objets), en une énergie surnaturelle accessible à tous dans laquelle les êtres humains pourraient se fondre et se « respecter » les uns les autres.
 

 

Beaucoup d’émissions de télé actuelles s’amusent déjà à traiter des états de conscience modifiée (1, 2, 3, Hipnotízame en Espagne, Stars sous hypnose en France, You’re back in the Room en Angleterre) pour nous faire croire que nous ne ferions qu’Un avec un Tout Cosmique qui serait la somme de toutes nos consciences humaines en éveil… mais où Jésus et l’Amour sont totalement absents. Nous avançons mondialement vers un délire énergétique réaliste d’immanence collective.
 

La Franc-Maçonnerie n’est pas qu’une société secrète : Nous sommes tous francs-maçons

Ce que je cherche à vous démontrer à travers mon étude sur le lien entre Franc-Maçonnerie et homosexualité, c’est que nous sommes potentiellement tous francs-maçons (parce que pécheurs) et qu’il est urgent de casser cette croyance que la Franc-Maçonnerie ne serait qu’une société secrète extérieure à nous et que seuls les initiés adoubés seraient maçons. Car c’est partiellement faux. Les vrais francs-maçons s’ignorent, se détestent et se renient eux-mêmes, et la Franc-Maçonnerie est largement installée (au moins au niveau des idées) dans l’Église Catholique, y compris et surtout dans les groupes d’extrême droite d’inspiration chrétienne mais au fond païens et anticatholiques. Il ne faut pas croire que la Franc-Maçonnerie homosexualiste n’est qu’un « truc de cathos gauchistes progressistes ». J’ai beaucoup d’exemples privés qui me démontrent que les « identitaires » soi-disant « catholiques » de la « Fachosphère » ou de la « Réacosphère » – ceux qui placent l’action, la « réalité » ou la « Vérité » avant la Charité, et qui défendent un humanisme intégral ou un spiritualisme/ritualisme intégral – sont de souche maçonnique, sont à la fois homophobes et secrètement homosexuels actifs ou au moins pro-gays.
 

Les francs-maçons, ce ne sont pas « les autres » ! Les thèses complotistes anti-francs-maçonnes que les groupes ultracatholiques développent pour dénoncer la Franc-Maçonnerie (je vous renvoie au lien 1, au lien 2, au lien 3) sont basées sur des caricatures diabolisantes de la Franc-Maçonnerie qui, paradoxalement, couvre la vraie Franc-Maçonnerie, celle qui est diffuse à la fois dans les lobbys laxistes et dans les lobbys anarchistes rigides et conservateurs.
 

Par exemple, il suffit de regarder qui, en Europe, défend le magnétiseur homosexuel Nicolas Fraisse (cité plus haut) ? Le site « catholique » belge Cathobel ! qui, en France, soutient l’humanisme intégral ? Le mouvement Écologie humaine et la revue Limite ! qui en France emploie les méthodes des Femen tout en leur menant une guerre sans merci ? L’Institut ultracatholique Civitas et les Homen, ainsi que des mouvements d’extrême droite (Dextra, Action Française, GUD, etc.). En Espagne, le collectif pro-Vie soi-disant « catholique » Hazte Oír est à la botte de la secte paramilitaire maçonnique Yunque ! D’ailleurs, son responsable, Ignacio Arsuaga, calque son discours sur celui de ses soi-disant « opposants » francs-maçons et sur le « lobby homosexualiste » (comme il l’appelle). Comme eux, lui aussi défend les libertés, la nature, la famille, la vérité, le droit, la réalité, la liberté d’expression, lui aussi il tape sur les médias et justifie que la fin justifie les moyens. À l’image du Front National (parti d’extrême droite en France) qui, dans sa révolte, est un jumeau du libéralisme économique progressiste, la plupart des mouvements pro-Vie « catholiques », sont des jumeaux de la Franc-Maçonnerie homosexualiste sans le savoir ! Ils renient le Christ, méprise l’Église, et refusent de parler d’homosexualité… parce qu’au fond ils la diabolisent autant qu’ils la banalisent/pratiquent.
 

C’est faux d’attribuer aux francs-maçons un « calendrier homosexuel ». C’est se tromper sur leurs intentions et sur la réalité. Ce calendrier existe, mais il n’est planifié qu’au sommet de leur organisation. C’est faux de dire que les francs-maçons veulent détruire l’Europe : ils veulent justement faire de l’Europe le nouveau Gouvernement Mondial de l’Antéchrist : Gloria TV n’a rien compris et crée une caricature de la Franc-Maçonnerie (parce qu’en réalité, elle en fait inconsciemment partie). C’est faux de dire que les francs-maçons sont antichrétiens et agissent sans les catholiques : en intentions, dans les discours, et en dessous d’un certain grade, la Franc-Maçonnerie applaudit l’Église Catholique, ouvre grand ses portes aux catholiques et à Jésus. Historiquement, les loges sont même chrétiennes ; et la majorité des obédiences maçonniques d’aujourd’hui se prétendent « chrétiennes » et « déistes »… n’en déplaisent aux maçons cartésiens, rationalistes et anticléricaux de France et de République Tchèque (les deux pays au monde les plus sécularisés) ! C’est faux de dire que les francs-maçons sont sciemment méchants : la plupart sont pétris de bonnes intentions, sont persuadés d’être bons (l’humanisme intégral – l’autre nom de la Bête de l’Apocalypse – prétend que l’être humain va se sauver et se créer lui-même par ses propres actes de solidarité), et n’ont aucun plan conscient de destruction de la famille ou de la civilisation. Ils prétendent au contraire agir pour le bien commun, pour la construction et l’amélioration de l’Humain. C’est faux de dire qu’ils sont contre la Vie, la famille et le mariage : ils ne prétendent qu’ouvrir ou ajouter des réalités qu’ils nomment « famille », « enfant », « vie », aux structures traditionnelles de la famille et du mariage. Il est donc important de dénoncer la Franc-Maçonnerie pour les bonnes raisons (sinon, nous ratons notre cible) et surtout de L’universaliser (sans paranoïa) afin de L’appréhender telle qu’elle est devenue : un phénomène mondial qui dépasse largement les « encartés », et qui a gagné le cœur et le cerveau de bon nombre de catholiques (laïcs et consacrés, évêques et cardinaux). Comment ? Par le biais de ce seul mot : l’hétérosexualité.
 

Tant que les catholiques confondront l’hétérosexualité et la différence des sexes, ils seront sans le savoir francs-maçons non-officiels

Alors je dis : Relier l’homosexualité à la franc-maçonnerie, OK. Mais pas n’importe comment ! Pas pour diaboliser le « lobby gay » ni pour justifier une « hétérophobie » ou une « hétérosexualité ». Mais au contraire pour comprendre que le lobby LGBT est le lobby hétérosexuel, et bien souvent le lobby catholique pro-Vie !
 

Comprenez-moi bien. La Franc-Maçonnerie est Gayland dans la mesure où elle est Hétéroland. Comme je l’explique clairement dans mon livre Les Bobos en Vérité, l’hétérosexualité (dans le sens bisexuel et asexué du terme, c’est-à-dire « toutes les différences au niveau de la sexualité ») est montée au pinacle par la Franc-Maçonnerie. On assiste avec les loges à une absolutisation de la différence (incluant donc la « différence homosexuelle »). Selon les francs-maçons, toute différence est bonne et à célébrer (sauf la différence des sexes incarnée dans l’Amour et sauf la différence Créateur-créature incarnée en Jésus et en l’Église catholique, bien évidemment). Il ne leur vient même pas à l’idée qu’il existe des mauvaises différences, ou bien des mélanges pas très heureux voire violents. Avec eux, c’est le fondamentalisme de l’égalitarisme, de la diversité, et de l’équivalence des différences – autrement dit de l’hétérosexualité stricto sensu. La différence n’est pas nommée, ni incarnée ni considérée ni respectée. Elle est juste vénérée comme une idole subjectiviste à imposer à tous universellement, idole au goût d’indifférence relativiste et d’individualisme de masse (« Chacun pense ce qu’il veut du moment qu’il le sent comme ça et qu’il ne l’impose pas comme une Vérité unique universelle. »). Que les choses soient claires. Si vous défendez l’hétérosexualité, ou si vous ne la dénoncez pas, vous êtes francs-maçons : désolé d’être si catégorique et déconcertant, mais c’est la vérité. La franc-maçonnerie (ou le Gender) EST l’hétérosexualité.
 

 

Si vous ne me croyez pas, écoutez au moins le discours pro-hétérosexualité (un discours pathologique et pathétique, il faut bien le dire) qu’Ignacio Arsuaga, président de Hazte Oír (c’est le Alain Escada espagnol), a tenu récemment – le 12 mars dernier – sur le plateau de La Sexta : « Nous, hétérosexuels, nous nous sentons discriminés quand des droits spécifiques se créent. Nous vivons sous une dictature homosexuelle qui relègue les hétérosexuels au statut de citoyens de seconde zone ! » C’est parce que cet homme confond la différence des sexes avec l’hétérosexualité, qu’il appuie l’homosexualité et qu’il imite inconsciemment la Franc-Maçonnerie qu’il croit dénoncer.
 

Le lobby pro-Vie ricane quand il entend les promoteurs du Gender et de la Franc-Maçonnerie prétendre en toute sincérité que « le Gender et la Franc-Maçonnerie n’existent pas ». Mais dans une certaine mesure, ces derniers ont raison sans le savoir : le Gender et la Franc-Maçonnerie tels qu’ils sont dénoncés par les pro-Vie, sont des pures mythologies. En réalité, la seule chose qu’ils identifient et valident inconsciemment (et les pro-Vie avec eux), c’est l’autre nom de ces deux instances : l’hétérosexualité. Ça, ils sont conscients de la défendre, ou au moins d’y croire. Un mouvement comme Hazte Oír (équivalent de Civitas), et tant d’autres (Actuall, Religión en Libertad, Riposte Catholique, La Columna, etc. : tous les journaux catholiques qui voulaient m’utiliser et qui m’ont censuré), sont en réalité des agents de la Franc-Maçonnerie homosexualiste anti-catholique, qui jouent à un moment donné les faux ennemis du « lobby LGBT », pour finalement consolider la Franc-Maçonnerie voire y adhérer. Voilà vers quoi conduit le fondamentalisme de la « Vérité » ou de la « Liberté » (je rappelle que l’un des slogans des pro-Vie de Hazte Oír, c’est « Siempre la Verdad ! »). Or il n’y a pas de Vérité sans Charité. Et surtout, la Vérité, c’est que l’Église Catholique n’a jamais défendu l’hétérosexualité (Elle ne défend que la sexualité couronnée par l’Amour), et que l’hétérosexualité est le diable déguisé en différence des sexes. Ceci est d’autant plus vrai depuis la fin du XIXe siècle, c’est-à-dire pile au moment de la consolidation/mondialisation institutionnelle de la Franc-Maçonnerie, comme par hasard.
 

Courage, amis espagnols. Et que ce site de Forum Libertas veille toujours à ce que les libertés qu’il défend soient enracinées sur la Vérité-Charité qu’est Jésus. Si non, il devient une succursale francs-maçonne d’inspiration catholique comme tant d’autres…