Philippe-Ariño

“J’ai vraiment du mal avec cette mode collective des « JE SUIS… ». Non pas que nous n’ayons pas d’identité propre à défendre. Mais avant de se définir et ensuite d’afficher ce que nous croyons être à la face de la Terre, ne serait-il pas plus juste de prendre le temps de savoir qui nous sommes ? Celui qui EST vraiment qui il EST n’a pas besoin, au départ, de le dire : il EST et il FAIT, tout simplement. Le problème du « JE SUIS… » actuel, c’est qu’il dit qu’il est, avant de faire, et parfois même au lieu de faire ! Désolé, mais personnellement, je ne suis ni Charlie, ni un Homosexuel, ni Copte, ni Chrétien d’Orient (quand bien même les Chrétiens d’Orient soient mes pères dans la foi). Un peu de distance, de respect et de retenue, merde ! D’autant plus que les gens que je vois énoncer « JE SUIS CHARLIE », « JE SUIS COPTE », « JE SUIS CHRÉTIEN D’ORIENT », « JE SUIS CRISTEROS » ou encore « THE VOICE ou VACHE-QUI-RIT », etc., sont justement des personnes qui n’ont en général que peu de personnalité, qui se radicalisent derrière un masque (combien de contacts je vois se servir du massacre des Chrétiens au Nigéria, en Égypte et en Syrie, pour abriter et justifier leur vote FN en ce moment !), qui peuvent être extrêmement sectaires, qui n’ont pas fait ce travail de connaissance de soi et de compréhension qu’elles ne sont pas les autres, et pas davantage les victimes auxquelles elles s’identifient pour s’inventer un combat ou une raison victimisante de devenir bourreaux.”

Philippe Ariño