La simulation fraternelle de bêtise

Entre mon grand frère Miguel et moi, l’essentiel de la joie de se retrouver et de l’humour que nous partageons réside vraiment dans la simulation ironique de la bêtise (ou niaiserie). Spectacle affligeant aux yeux de ceux qui n’y verront aucune simulation. Et véritable crise de rire ou source de joie pour ceux qui rentreront dans notre jeu de sales gosses terriblement intenables autant qu’attachants (on dit « attachiants »). Amis du second degré, bonne nuit !
 
#JAdoreMonFrère

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *