Vincent-Rouyer

“Il ne faudrait pas inverser les rôles. Qui a divisé la nation en faisant fi de manifestations populaires d’une ampleur inégalée depuis mai 68 ? Qui a mené des auditions parlementaires d’une partialité inouïe et a eu une attitude des plus méprisante envers les représentants des grandes religions ? Qui a rejeté une pétition déposée au CESE permettant le temps d’un débat national que l’on aurait voulu apaisé ? Qui a imposé un débat parlementaire tronqué ? Qui a fait voter cette loi à main levée au Sénat ? La question du bras de fer et de la division c’est avant qu’il fallait se la poser. Les occasions et les mains tendues n’ont pas manqué. Maintenant, la division est consommée et il y a des chances pour qu’elle dure longtemps. Le fait qu’une loi ait été votée légitimement n’en fait pas pour autant une bonne loi. On ne peut être chrétien et rester indifférent face au mal. La paix du Christ, ce n’est pas n’importe quelle paix et certainement pas une paix dans la compromission avec le mal (relisez Mat 10, 34-36). Le respect de la conscience individuelle c’est aussi un droit fondamental.”

Vincent Rouyer