Place aux penseurs du mouvement d’opposition au mariage homo ! (Libérez Béatrice Bourges !)

(par Philippe Ariño)

 

Philippe-Ariño
 

Non seulement je peux vous dire que notre action de résistance à la Loi Taubira n’est pas finie, mais qu’en plus de ça, elle a à peine commencé ! Donc hauts les cœurs et au travail ! Car nous avons pris jusque-là les choses à l’envers. Nous avons lancé en France en septembre 2012 un mouvement d’envergure en mettant la charrue avant les bœufs, en dénigrant ses chefs de file logiques et compétents, en mettant l’action avant la réflexion.

 

Il est temps pour nous de mesurer que si un mouvement comme le nôtre, en ayant pourtant négligé ses penseurs, a réussi malgré tout à avoir une envergure inouïe, cela relève du miracle ! ; et surtout, cela veut dire qu’il n’est qu’à ses balbutiements vu qu’il n’a pas utilisé ses meilleures cartouches.
 

Nous n’avons jamais pris réellement ce temps du débat, en réalité. Nos anciens porte-parole, avant de nous aider à réfléchir aux pourquoi de notre mobilisation, nous ont dit de zapper les débats justement, de foncer tête baissée dans la rue et de l’investir par des actions-commandos visibles, de penser plutôt « efficacité politique et médiatique » au lieu de réfléchir sur la loi en elle-même (ils n’ont d’ailleurs parlé que des conséquences de celle-ci ; et ont traité d’« intellos », de « cathos », de « réacs », de « diviseurs » tous ceux qui leur disaient d’arrêter d’agir en bourrins).

 

Reconnaissons-le. Nous avons autant zappé la phase de débat que nos gouvernants. Alors ne nous plaignons pas de ne pas avoir été entendu d’eux ! Nous n’avons véritablement commencé à nous poser pour réfléchir qu’en avril 2013, avec l’émergence des Veilleurs. Il est temps maintenant de revenir (voire de démarrer) aux/les débats de fond qui nous ont été confisqués et que surtout nous n’avons pas menés avec nos penseurs. Car les chefs de file de la Manif Pour Tous n’étaient pas des penseurs, je regrette. Ils reprenaient mot pour mot le discours nataliste et hétérosexuel des « pro-mariage-pour-tous », excepté qu’ils concluaient bizarrement leurs brèves démonstrations par l’expression d’une opposition à la Loi Taubira, ou par l’exposition concise « à la Miss France » d’une étiquette « Je suis homo » « Je suis de gauche » « Je ne suis pas homophobe » « Je suis cool » etc.

 

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, à l’heure actuelle, les anti-mariage-pour-tous n’ont pas, dans leur majorité, encore COMPRIS la loi contre laquelle ils luttent. Je le constate sur les réseaux sociaux et lors de mes conférences, rien qu’en cherchant à parler d’hétérosexualité, de mariage, de différence des sexes, d’homophobie, d’homosexualité, d’amour incarné, et en voyant que nous nous sommes mis à nous-mêmes des bâtons dans les roues. Tout reste donc à faire. Nous n’avons eu en bouche que les mots « filiation », puis ensuite « censure politique ». Ce n’est pas ça, parler en profondeur de la Loi Taubira !

 

Par conséquent, c’est le moment d’organiser des débats, des tables rondes, des colloques, des universités d’été et d’automne et d’hiver, des états généraux, avec des gens qui, eux, ont compris la Loi Taubira (ils ne sont pas nombreux, je peux vous le dire). Je pense notamment à Jérôme Brunet, Élizabeth Montfort, Guillaume Bernard, François-Xavier Bellamy, Jean-Frédéric Poisson, Aude Mirkovic, Ségolène du Closel, Axel Rokvam, Vincent Rouyer, Madeleine Bazin, Iseul Turan, Natalia Trouiller, Tugdual Derville, et quelques autres qui auraient dû être les chefs officiels de notre mouvement… et qui ne l’ont pas été à cause de notre paranoïa envers les mots « amour » et « homosexualité », plus largement à cause de notre paranoïa envers les mots « chefs », « pouvoir », « guerre » (alors que nous sommes pourtant rentrés objectivement en guerre et en résistance pacifique, assumons-le !), et aussi à cause de l’appétit de visibilité rapide et facile d’autres porte-parole, qui étaient experts dans bien des domaines, mais pas pour ce combat-ci du « mariage homo ». Je pense par exemple que Béatrice Bourges a complètement sa place dans le mouvement d’opposition au mariage homo et qu’il est temps qu’elle soit valorisée en tant qu’un des chefs majeurs. Elle est passée à tort, il y a quelques mois, pour l’électron libre rebelle qui trahissait « l’unité », parce que jusqu’à présent les vraies têtes pensantes du mouvement d’opposition à la Loi Taubira n’ont pas été mises en avant et n’ont pas été utilisées à leur juste valeur. Alors invitez-nous. Le débat, c’est maintenant ! (vu que ça n’a pas été avant et que ça aurait dû être avant !) Investissez-vous dans des associations comme Le Débat c’est maintenant !. Signez la Charte des CUCH et faites-la connaître. Nous avons besoin de vous et vous avez besoin de nous pour comprendre pourquoi l’intuition que le « mariage pour tous » est une loi gravissime est bonne. Pour comprendre la guerre juste qui se lève en France et partout dans le monde. Pour réaliser que la lutte contre l’hétérosexualité, même si au départ elle fera rire et énervera, est notre meilleure arme !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *