Cathos Unis Contre l’Hétérosexualité. Un mouvement apoliticien et confessionnel assumé.

LMPT : LES MARCHANDS DU TEMPLE NOUS VENDENT L’ABROGATION DU « MARIAGE POUR TOUS » SANS Y CROIRE EUX-MÊMES ET SANS S’EN DONNER LES MOYENS (Analyse du dernier livre de Liberté Politique consacré à l’Abrogation). ÇA SUFFIT !!!

 

 
En lisant la dernière parution de la revue (pourtant sérieuse) Liberté Politique, consacrée en février 2015 à la question « Comment abroger la loi Taubira ? », je suis dépité. Elle va d’ailleurs dans le sens de la prochaine CNR (Convention Nationale des Régions) de Ludovine de la Rochère les 13-14 juin 2015 prochain, axée, je vous le donne en mille, sur… l’Abrogation !
 
Je m’attendais, dans ce livre, à trouver de vraies propositions, une analyse concrète de la situation, du « mariage pour tous » puis des moyens réalistes d’y remédier. Pas du tout. Je me rends compte du retard colossal de nos intellectuels et hommes politiques cathos, qui non seulement pataugent dans la semoule, mais sont dans la fuite en avant, partent dans plein de directions souvent bien argumentées mais désincarnées, proposent des pistes intéressantes mais non-prioritaires ou irréalistes, prennent la place de ceux qui connaissent les véritables solutions aux problèmes qu’ils dénoncent. C’est révoltant !
 
Et le pire, c’est qu’avec l’arsenal discursif qu’ils mettent en place, ils sont partis pour nous mener en galère pendant des années et des années (s’ils ne s’épuisent pas avant), et faire couler notre néanmoins beau paquebot français. Cela pour une raison toute simple : ils n’ont toujours pas compris la gravité de la Loi Taubira et du PaCS, ni, plus profondément, le nœud idéologique qui les soutient – à savoir la BIPOLARITÉ HÉTÉROSEXUALITÉ-HOMOSEXUALITÉ – que pour le coup ils ne dénoncent toujours pas, et dont ils continuent de nourrir les conséquences, justifiant ainsi leur « commerce » de bazar et leur chaire d’experts universitaires. Qui forme intellectuellement et spirituellement ces intellectuels, ces hommes politiques et ces législateurs là ? Visiblement personne. Comment se fait-il qu’on en […]

Il y a ceux qui veillent… et ceux qui ne veillent plus

 
Comment on fait quand :
 
1) on se met à défendre et à créer une absurdité (le « mariage hétérosexuel ») alors que le mariage n’a jamais été une affaire d’oriention(s) sexuelle(s)? Le mariage n’est qu’une affaire de différence des sexes. Mieux : il EST la différence des sexes.
 
2) on se met à défendre la déconnexion du mariage et de la filiation (comme le fait Madeleine de Jessey ; à l’identique des pro-mariage-pour-tous)?
 
 
Je crois que là, il y a un sérieux problème dans le discours. Pourtant, il me semble que, pendant les Veillées parisiennes, j’ai suffisamment insisté sur l’importance de ne pas cautionner l’hétérosexualité. Visiblement, Madeleine devait dormir à ce moment-là, n’a pas lu le site CUCH, ou a loupé un épisode. Mais l’esprit des Veilleurs n’y est pas. Pour cette raison, il est important de ne pas confondre les Veilleurs et Sens Ordinaire (= Sens Commun).
 
 
 
N.B. : Je me permets de rajouter ce gros bémol, suite à des articles lamentables comme celui de Boulevard Voltaire qui traîne en procès Madeleine Bazin de Jessey. D’accord, concernant la sortie de Sarkozy, elle n’a pas réussi à corriger le tir. Certes, elle a fait preuve d’imprudence. Mais la présenter limite comme une collabo, c’est vraiment inadmissible. Ça me fait penser aux attaques que subit Christine Boutin qui pendant 15 ans a essayé d’éduquer, de travailler Sarkozy, parfois avec succès, et souvent avec courage. C’est pareil pour Madeleine. Ne lui enlevons pas ça. C’est le vrai visage de traître de Sarkozy qui doit nous indigner. Pas celui (certes naïf, mais un peu courageux) de ses conseillers qu’il a jetés après emploi. Il faut rendre à César ce qui est à César. Je comprends que Sens Commun ait eu l’impression d’un […]

Avec des porte-parole pareils, c’est sûr, on est des winners!

 
Je vous l’annonce au cas où certains de l’auraient pas vu : avec les responsables de la Manif Pour Tous, nous avons vraiment une belle équipe de winners. Contradiction et confusion totale du discours, refus des conseils, refus de céder la place à plus compétents qu’eux, manque de perspective dans les prises de parole. La totale !

 
Entre Albéric Dumont qui, dans son argumentaire, continue à se planquer derrière l’enfant et à ne justifier sa (récente) demande d’abrogation de la Loi Taubira qu’à travers sa défense de la filiation (= « Ce n’est pas l’homosexualité en tant qu’identité et Droit de l’Homme qui nous pose problème, ce n’est pas l’amour homosexuel qui nous pose problème, c’est même pas l’adoption homoparentale ni le mariage homo qui nous pose problème ; c’est juste la loi Taubira et ses conséquences sur la filiation. » ; je cite Albéric Dumont sur BFM TV : « Aujourd’hui, personne ne demande de démarier les couples homosexuels qui ont été mariés. Aujourd’hui, personne ne demande de casser les adoptions qui ont été accordées jusqu’à présent. Nous demandons une abrogation mais sans rétroactivité, bien évidemment. » : magnifique de contradiction), et Ludovine de la Rochère qui enchaîne les slogans insensés et scolairement appris, nous sommes mal barrés.
 
Morceaux choisis des conneries sorties (je n’ai même pas eu à chercher très longtemps : j’ai pris les premières phrases que j’ai trouvées sur Twitter) :
 

 

 

 
Les dirigeants LMPT n’ont toujours pas compris la Loi Taubira et refusent d’écouter : c’est dramatique !

Le faux pas majeur de François Hollande

“Avec le « mariage pour tous », François Hollande a prouvé aux yeux de tous qu’il n’était pas un président démocrate et « social ». Dès le départ, il s’est grillé, et a établi une loi qui flinguait les vraies familles de coeur et de sang, donc son propre pays.”
Philippe Ariño

MARIAGE POUR TOUS : INTERDIT OU SIMPLE IMPOSSIBILITÉ ? DROIT OU IRRÉEL ?

La Nature n’interdit rien. Il n’y a que l’Homme qui interdit. La Nature, elle, rappelle sans cesse qui elle est et quelles sont ses limites : celles que l’Homme peut dépasser et dompter, celles que l’Homme ne peut pas dépasser au risque de se détruire lui-même. Et concernant les secondes limites, l’Homme moderne a de plus en plus tendance à les nier, à dire que deux hommes peuvent faire un enfant tout seuls et fonder une famille, à prétendre qu’un éducateur est un père, à croire que la filiation n’est pas une question de sang mais d’« amour » et d’« éducation », à imposer que le sexe anatomique n’existe pas et n’est que la projection sensitive de la personne qui le porte, ou qu’un conditionnement culturel arbitraire et opprimant.
Tout récemment, un journaliste (hyper bobo et se présentant comme un « hétéro » gay friendly) m’interviewait en me demandant : « Pourquoi on interdirait aux homos d’adopter, de se marier, d’avoir des enfants comme tout le monde ? ». Je n’ai pas eu la présence d’esprit de lui dire que la question de l’interdit ne concernait pas la Nature, que le droit n’avait pas le pouvoir de transformer tous les réels ni de modifier totalement la Nature. Interdit-on par exemple aux hommes de donner le sein ? Non. La question du Réel n’est pas uniquement celle de la volonté ou du sentiment mais bien celle d’un possible limité qui nous dépasse. Faudrait-il une loi pour attribuer aux hommes le droit de donner le sein à un bébé pour qu’enfin on puisse voir qu’eux aussi, ils peuvent le faire et être à l’égal des femmes ? Non. Une loi ici ne changera rien aux limites imposées par la différence des sexes.
C’est exactement pareil pour le « mariage pour tous ». […]

Église mal comprise sur l’hétérosexualité, y compris par ceux qui la défendent et qui luttent contre le mariage homo

“Les pro-mariage-pour-tous, tout comme beaucoup d’anti-mariage-pour-tous malheureusement, attribuent (souvent avec beaucoup de hargne, parfois avec un second degré d’ignorance ou de victimisation) à l’Église catholique la défense de l’hétérosexualité. Alors que Celle-ci n’a jamais défendu autre chose que la différence des sexes aimante ; jamais la différence des sexes SEULE, jamais la filiation SEULE, et encore moins l’hétérosexualité.”
Philippe Ariño

Je me battrai toute ma vie pour que soit supprimé le « mariage homo » !

“Maintenant que certains Français commencent à raisonner et à voir les conséquences dramatiques de la loi Taubira sur les enfants, ils pâlissent… tandis que beaucoup continuent encore à bouder, à croire encore que les anti exagèrent et que le « mariage pour tous » respectent « les » homos. Ils tiennent maintenant le discours de l’irresponsable : « J’étais d’accord avec le mariage homo mais pas avec ses conséquences… » Leur constat ambivalent est à vomir. Comme si la loi Taubira ne formait pas un tout ! Comme s’il était possible de séparer famille et fécondité, sentiments et engagement d’amour ! Comme si un couple de deux hommes constituait la même réalité qu’un couple formé d’un homme et d’une femme ! Comme s’il y avait une différence entre mariage et filiation (alors que le mariage est précisément défini par l’alliance d’amour entre deux mêmes sexes en vue de procréer… ce qui n’empêche absolument pas aux couples femme-homme stériles de se marier et de s’aimer quand même) ! Nos gouvernants ont profité de l’ignorance des gens sur ce qu’est véritablement le mariage (= l’union d’amour entre l’homme et la femme), et du désintérêt social croissant à sauvegarder le lien entre mariage et fécondité, pour imposer le « mariage homo » de leurs « potes homos » sans que le Français moyen riposte ou trouve ça choquant. Ils ont passé sous silence des manifestations réunissant 2 millions de personnes à Paris. Ils paieront très cher leur mépris et leur refus d’écouter le bon sens populaire. Qu’ils en soient prévenus ! Nous ne nous laisserons pas faire. Personnellement, tant que je vivrai, je lutterai pour que soit supprimé le mariage gay.”
Philippe Ariño

N’oublions pas le « Mariage pour Tous » : Il doit rester notre point non-négociable

LA DÉFENSE DU MARIAGE FEMME-HOMME EST PRIORITAIRE PAR RAPPORT À LA DÉFENSE DE LA FILIATION. Cela peut paraître provocateur de le dire mais 1) c’est une réalité ; 2) cela permet de couper court aux arguties sur les couples stériles, sur les couples trop âgés pour avoir des enfants, ou sur les célibataires consacrés.
 
Dans notre mouvement contre les lois gouvernementales prises dernièrement par les ministres de François Hollande, certains me reprochent de me fixer sur le « mariage pour tous ». Pour eux, le combat pour l’abrogation de la Loi Taubira est d’arrière-garde, vu que la loi a été promulguée, qu’il n’est pas plus important que d’autres lois à venir qui concernent la filiation.
 
Alors pourquoi on ne doit pas passer à autre chose que le mariage (c’est-à-dire les luttes pour la filiation, contre le Gender, l’euthanasie, les manipulations sur embryon, la PMA, la GPA, la Syrie, etc.) et pourquoi doit-on encore continuer à faire de notre demande d’abrogation du « mariage pour tous » notre principale revendication ? À on sens, pour trois raisons :
 
1) Parce que la défense du mariage est plus centrale que la filiation (tout comme la différence des sexes prime sur la différence des générations). Je n’y peux rien : c’est un constat. D’ailleurs, on s’en est rendu compte tout au long de l’année dernière : les Français se sont davantage mobilisés contre le « mariage pour tous » que contre l’avortement ou les « Marches pour la Vie » qui l’ont précédé. Pourquoi cela ? Parce que, comme l’expliquent par exemple Vincent Rouyer ou Guillaume Bernard, autant la pratique des avortements a de tous temps existé (malheureusement), autant jamais, comme c’est le cas aujourd’hui, des civilisations n’avaient remis en cause la différence des sexes, et donc le mariage. C’est une grande première dans […]

COMMENT ENVISAGER LA SUITE DE NOTRE MOUVEMENT ?

 
État des lieux
 

Notre mouvement est beau, prometteur, historique, entend-on. C’est totalement vrai. J’y souscris complètement. Et dans la joie. Mais a-t-on vraiment mesuré en quoi ? Je ne le pense pas. Du coup, le constat optimiste se fige en auto-contentement, en esthétisme révolutionnaire… et en angoisse pour l’avenir. Il ne suffit pas de vanter l’ « Unité dans la pluralité » pour donner corps à cette assertion.
 
Alors d’emblée, je vous dis : N’ayons pas peur. Notre mouvement est déjà génial, et ne doit pas en rester à l’intuition de ce qu’il est.
 
D’où vient le flottement actuel de notre mouvement, que ce soit aux Veilleurs ou à la Manif Pour Tous et autres groupes d’opposition aux politiques du gouvernement de François Hollande ? Du fait que nous n’ayons pas encore nommé ni identifié notre ennemi : la BIPOLARITÉ HÉTÉROSEXUALITÉ-HOMOSEXUALITÉ, qui définit arbitrairement l’Humanité (depuis les Lumières et surtout depuis 1869, date de création des termes « homosexualité » et « hétérosexualité »), bipolarité qui a anesthésié les esprits de nos contemporains et qui a fait la pluie et le beau temps sur nos pratiques sexuelles depuis un siècle et demi. La majorité d’entre nous s’est habituée à celle-ci, l’a cautionnée, et s’en sent même responsable et fière ! Et pour ce qui est de notre contexte national depuis un an, la majorité d’entre nous s’est déjà résignée à enterrer le « mariage pour tous » (loi Taubira) et pense que l’urgence et le « réalisme » de notre situation nous conduit à parer au plus pressé, au plus actuel, à lutter contre l’ennemi le plus évident et le plus proche : l’idéologie du Gender (c’est l’orientation qu’ont choisi des groupes comme Civitas ou comme la Manif Pour Tous). […]

Place aux penseurs du mouvement d’opposition au mariage homo ! (Libérez Béatrice Bourges !)

(par Philippe Ariño)
 

 
Non seulement je peux vous dire que notre action de résistance à la Loi Taubira n’est pas finie, mais qu’en plus de ça, elle a à peine commencé ! Donc hauts les cœurs et au travail ! Car nous avons pris jusque-là les choses à l’envers. Nous avons lancé en France en septembre 2012 un mouvement d’envergure en mettant la charrue avant les bœufs, en dénigrant ses chefs de file logiques et compétents, en mettant l’action avant la réflexion.
 
Il est temps pour nous de mesurer que si un mouvement comme le nôtre, en ayant pourtant négligé ses penseurs, a réussi malgré tout à avoir une envergure inouïe, cela relève du miracle ! ; et surtout, cela veut dire qu’il n’est qu’à ses balbutiements vu qu’il n’a pas utilisé ses meilleures cartouches.
 
Nous n’avons jamais pris réellement ce temps du débat, en réalité. Nos anciens porte-parole, avant de nous aider à réfléchir aux pourquoi de notre mobilisation, nous ont dit de zapper les débats justement, de foncer tête baissée dans la rue et de l’investir par des actions-commandos visibles, de penser plutôt « efficacité politique et médiatique » au lieu de réfléchir sur la loi en elle-même (ils n’ont d’ailleurs parlé que des conséquences de celle-ci ; et ont traité d’« intellos », de « cathos », de « réacs », de « diviseurs » tous ceux qui leur disaient d’arrêter d’agir en bourrins).
 
Reconnaissons-le. Nous avons autant zappé la phase de débat que nos gouvernants. Alors ne nous plaignons pas de ne pas avoir été entendu d’eux ! Nous n’avons véritablement commencé à nous poser pour réfléchir qu’en avril 2013, avec l’émergence des Veilleurs. Il est temps maintenant de revenir (voire de démarrer) aux/les […]