Cathos Unis Contre l’Hétérosexualité. Un mouvement apoliticien et confessionnel assumé.

Il y a ceux qui veillent… et ceux qui ne veillent plus

 
Comment on fait quand :
 
1) on se met à défendre et à créer une absurdité (le « mariage hétérosexuel ») alors que le mariage n’a jamais été une affaire d’oriention(s) sexuelle(s)? Le mariage n’est qu’une affaire de différence des sexes. Mieux : il EST la différence des sexes.
 
2) on se met à défendre la déconnexion du mariage et de la filiation (comme le fait Madeleine de Jessey ; à l’identique des pro-mariage-pour-tous)?
 
 
Je crois que là, il y a un sérieux problème dans le discours. Pourtant, il me semble que, pendant les Veillées parisiennes, j’ai suffisamment insisté sur l’importance de ne pas cautionner l’hétérosexualité. Visiblement, Madeleine devait dormir à ce moment-là, n’a pas lu le site CUCH, ou a loupé un épisode. Mais l’esprit des Veilleurs n’y est pas. Pour cette raison, il est important de ne pas confondre les Veilleurs et Sens Ordinaire (= Sens Commun).
 
 
 
N.B. : Je me permets de rajouter ce gros bémol, suite à des articles lamentables comme celui de Boulevard Voltaire qui traîne en procès Madeleine Bazin de Jessey. D’accord, concernant la sortie de Sarkozy, elle n’a pas réussi à corriger le tir. Certes, elle a fait preuve d’imprudence. Mais la présenter limite comme une collabo, c’est vraiment inadmissible. Ça me fait penser aux attaques que subit Christine Boutin qui pendant 15 ans a essayé d’éduquer, de travailler Sarkozy, parfois avec succès, et souvent avec courage. C’est pareil pour Madeleine. Ne lui enlevons pas ça. C’est le vrai visage de traître de Sarkozy qui doit nous indigner. Pas celui (certes naïf, mais un peu courageux) de ses conseillers qu’il a jetés après emploi. Il faut rendre à César ce qui est à César. Je comprends que Sens Commun ait eu l’impression d’un […]

« L’abrogation : s’il n’y a que ça pour vous faire plaisir… »

“« Abrogation! abrogation! » brandissent-ils en guise de trophée en sautant sur leurs chaises tels des cabris, comme d’autres en d’autres temps criaient « l’Europe! l’Europe! ». Tout ça parce qu’ils ont pu arracher un mot de quatre syllabes à un politicien opportuniste sur le retour, lequel, pour montrer qu’il avait tout compris, s’empresse de promettre « un mariage pour les homosexuels et un mariage pour les hétérosexuels » avec des droits différents, puisque, dit-il, ils sont différents. Les militants LGBT qui, pour une fois, ont les pieds sur terre, ont beau clamer que ni le conseil constitutionnel, ni la cour de justice européenne n’accepterait une telle discrimination, nos braves adhérents de « Sens Commun », qui semblent pour le coup avoir perdu tout bon sens, y trouvent une raison de pavoiser. Comment ne pas voir dans cet enthousiasme soudain le retour d’un nominalisme qui se nourrit de mots creux derrière lesquels il n’y a plus aucune réalité cohérente?”
Vincent Rouyer