Cathos Unis Contre l’Hétérosexualité. Un mouvement apoliticien et confessionnel assumé.

« Au lieu de vous occupez de la famille et de perdre votre temps à veiller, vous feriez mieux de manifester contre la crise et le chômage ! »

“À ceux qui disent que les opposants au « mariage pour tous » feraient mieux de s’occuper de l’économie, du chômage et de la crise plutôt que du mariage, ils devraient relire le philosophe réaliste Aristote. Selon lui, l’économie, ce n’est pas l’argent mais la famille (encadrée dans le mariage femme-homme).”
Philippe Ariño

Je me battrai toute ma vie pour que soit supprimé le « mariage homo » !

“Maintenant que certains Français commencent à raisonner et à voir les conséquences dramatiques de la loi Taubira sur les enfants, ils pâlissent… tandis que beaucoup continuent encore à bouder, à croire encore que les anti exagèrent et que le « mariage pour tous » respectent « les » homos. Ils tiennent maintenant le discours de l’irresponsable : « J’étais d’accord avec le mariage homo mais pas avec ses conséquences… » Leur constat ambivalent est à vomir. Comme si la loi Taubira ne formait pas un tout ! Comme s’il était possible de séparer famille et fécondité, sentiments et engagement d’amour ! Comme si un couple de deux hommes constituait la même réalité qu’un couple formé d’un homme et d’une femme ! Comme s’il y avait une différence entre mariage et filiation (alors que le mariage est précisément défini par l’alliance d’amour entre deux mêmes sexes en vue de procréer… ce qui n’empêche absolument pas aux couples femme-homme stériles de se marier et de s’aimer quand même) ! Nos gouvernants ont profité de l’ignorance des gens sur ce qu’est véritablement le mariage (= l’union d’amour entre l’homme et la femme), et du désintérêt social croissant à sauvegarder le lien entre mariage et fécondité, pour imposer le « mariage homo » de leurs « potes homos » sans que le Français moyen riposte ou trouve ça choquant. Ils ont passé sous silence des manifestations réunissant 2 millions de personnes à Paris. Ils paieront très cher leur mépris et leur refus d’écouter le bon sens populaire. Qu’ils en soient prévenus ! Nous ne nous laisserons pas faire. Personnellement, tant que je vivrai, je lutterai pour que soit supprimé le mariage gay.”
Philippe Ariño

Ex-CUCH-ez-moi mais nous avons nous aussi menti aux enfants

“J’entends par « discours hétérosexuel » tous ceux qui parlent de la différence des sexes sans l’amour, ou bien qui sont centrés uniquement sur la natalité et l’enfant : ex : « Un père et une mère, c’est élémentaire », « Un papa, une maman, y’a pas mieux pour un enfant ! », « Papa, Maman, on ment pas aux enfants », « Papa, maman et les enfants, c’est naturel », « 1 papa + 1 maman pour la filiation », « Sauvons les enfants de la loi Taubira », « Le mariage = 1 homme + 1 femme », « Nous sommes tous des enfants d’hétéros ! », etc.). Ex-CUCH-ez-moi mais tout repose sur l’union corporelle d’amour entre l’homme et la femme, qu’elle soit couronnée par l’arrivée d’un enfant ou pas (même si c’est mieux quand l’enfant est l’horizon d’amour de cette union). Nous avons été trop hétérosexuels dans nos discours depuis un an. Nous avons, nous aussi, menti aux enfants.”
Philippe Ariño

COMMENT ENVISAGER LA SUITE DE NOTRE MOUVEMENT ?

 
État des lieux
 

Notre mouvement est beau, prometteur, historique, entend-on. C’est totalement vrai. J’y souscris complètement. Et dans la joie. Mais a-t-on vraiment mesuré en quoi ? Je ne le pense pas. Du coup, le constat optimiste se fige en auto-contentement, en esthétisme révolutionnaire… et en angoisse pour l’avenir. Il ne suffit pas de vanter l’ « Unité dans la pluralité » pour donner corps à cette assertion.
 
Alors d’emblée, je vous dis : N’ayons pas peur. Notre mouvement est déjà génial, et ne doit pas en rester à l’intuition de ce qu’il est.
 
D’où vient le flottement actuel de notre mouvement, que ce soit aux Veilleurs ou à la Manif Pour Tous et autres groupes d’opposition aux politiques du gouvernement de François Hollande ? Du fait que nous n’ayons pas encore nommé ni identifié notre ennemi : la BIPOLARITÉ HÉTÉROSEXUALITÉ-HOMOSEXUALITÉ, qui définit arbitrairement l’Humanité (depuis les Lumières et surtout depuis 1869, date de création des termes « homosexualité » et « hétérosexualité »), bipolarité qui a anesthésié les esprits de nos contemporains et qui a fait la pluie et le beau temps sur nos pratiques sexuelles depuis un siècle et demi. La majorité d’entre nous s’est habituée à celle-ci, l’a cautionnée, et s’en sent même responsable et fière ! Et pour ce qui est de notre contexte national depuis un an, la majorité d’entre nous s’est déjà résignée à enterrer le « mariage pour tous » (loi Taubira) et pense que l’urgence et le « réalisme » de notre situation nous conduit à parer au plus pressé, au plus actuel, à lutter contre l’ennemi le plus évident et le plus proche : l’idéologie du Gender (c’est l’orientation qu’ont choisi des groupes comme Civitas ou comme la Manif Pour Tous). […]

Place aux penseurs du mouvement d’opposition au mariage homo ! (Libérez Béatrice Bourges !)

(par Philippe Ariño)
 

 
Non seulement je peux vous dire que notre action de résistance à la Loi Taubira n’est pas finie, mais qu’en plus de ça, elle a à peine commencé ! Donc hauts les cœurs et au travail ! Car nous avons pris jusque-là les choses à l’envers. Nous avons lancé en France en septembre 2012 un mouvement d’envergure en mettant la charrue avant les bœufs, en dénigrant ses chefs de file logiques et compétents, en mettant l’action avant la réflexion.
 
Il est temps pour nous de mesurer que si un mouvement comme le nôtre, en ayant pourtant négligé ses penseurs, a réussi malgré tout à avoir une envergure inouïe, cela relève du miracle ! ; et surtout, cela veut dire qu’il n’est qu’à ses balbutiements vu qu’il n’a pas utilisé ses meilleures cartouches.
 
Nous n’avons jamais pris réellement ce temps du débat, en réalité. Nos anciens porte-parole, avant de nous aider à réfléchir aux pourquoi de notre mobilisation, nous ont dit de zapper les débats justement, de foncer tête baissée dans la rue et de l’investir par des actions-commandos visibles, de penser plutôt « efficacité politique et médiatique » au lieu de réfléchir sur la loi en elle-même (ils n’ont d’ailleurs parlé que des conséquences de celle-ci ; et ont traité d’« intellos », de « cathos », de « réacs », de « diviseurs » tous ceux qui leur disaient d’arrêter d’agir en bourrins).
 
Reconnaissons-le. Nous avons autant zappé la phase de débat que nos gouvernants. Alors ne nous plaignons pas de ne pas avoir été entendu d’eux ! Nous n’avons véritablement commencé à nous poser pour réfléchir qu’en avril 2013, avec l’émergence des Veilleurs. Il est temps maintenant de revenir (voire de démarrer) aux/les […]